Salon CES à Las Vegas : la 5G, la 8K, l'IA, les voitures autonomes et les gadgets connectés

L'image au cœur du CES.
2 images
L'image au cœur du CES. - © Tous droits réservés

4500 exposants et 175.000 visiteurs attendus durant près d’une semaine, le tout sur un espace de 250.000 mètres carrés dédié au dieu IT. Le CES (Consumer Electronics Show) ouvre traditionnellement la ronde des salons technologiques dont les équivalents européens sont d’abord le Mobile World Congress de Barcelone (télécoms) en février, puis le FIFA de Berlin (produits grand public) à la rentrée scolaire. L’avantage de ces trois rendez-vous est de proposer principalement des produits qui seront commercialisés très rapidement. En général, Barcelone commercialise des produits annoncés à Vegas. Et ainsi de suite.

Au premier rang des produits "dispos", figurent les téléviseurs 8K dont la résolution surpasse déjà celle des téléviseurs 4K. Avec toujours le même problème : les contenus en 4K et en 8K sont pratiquement inexistants.

Autre vedette (depuis deux ans déjà), L’IA. L’intelligence artificielle est présente partout. Dans les brosses à dents, les miroirs, les vêtements… Ce qui pousse la généralisation des assistants intelligents : avec Siri (Apple), Alexa (Amazon) ou Google. Microsoft a abandonné la partie. Avec la perspective de créer, rapidement une nouvelle norme qui serait soutenue par une fondation unique (Zigbee Alliance) réunissant les trois leaders, mais aussi des entreprises telles que Ikea, Samsung SmartThings, Schneider Electric, ou Silicon Labs). Sans attendre cette fondation, Google permet à son assistant vocal de lire des pages web à voix hautes. Par exemple un article de journal. Il pourra également traduire le texte dans 42 langues.

Réalité augmentée (AR) et virtuelle (VR) poursuivent leur lobbying, sans pouvoir encore afficher des "killing applications" capables de transformer une technologie en produit commercial.

Et Apple ? Comme toujours, la marque à la pomme refuse de participer aux salons technologiques quels qu’ils soient. Seule petite entaille à ce principe : Apple sera représentée lors d’une table ronde sur la protection de la vie privée. Il faut reconnaître que Les Gafam sont dans le collimateur de nombreuses autorités en la matière.

La 5G : oui, mais déjà en retard

L’Union européenne avait prévenu : en 2020, chaque pays membre devrait avoir équipé au moins une ville de la téléphonie de 5e génération. Bien sûr l’année ne fait que commencer, mais si l’Asie (et en particulier la Corée du Sud) a pris de l’avance et que les Etats-Unis sont dans la course, l’Europe traîne la patte. Dans le monde, une vingtaine de pays ont déployé des réseaux 5G, selon Qualcomm. Le fabricant américain de puces estime que 2,4 milliards d’abonnés peuvent théoriquement utiliser la 5G. Encore faut-il se trouver au bon endroit et disposer d’un téléphone compatible.

Illustration de l’œuf et de la poule : pas de 5G sans nouvelles infrastructures télécoms. Mais l’inverse est également vrai. "Beaucoup de smartphones 5G vont être dévoilés au CES, ainsi que des ordinateurs portables et des tablettes", estime Mikako Kitagawa, analyste chez Gartner. "Mais il faudra peut-être attendre le printemps ou l’été pour qu’ils soient disponibles." Rendez-vous donc au Congrès télécoms de Barcelone. Et avec le débit rapide de la 5G, les contenus 4K pourront enfin être distribués. La 5G devrait aussi faire décoller la réalité virtuelle (VR). La 5G permet aussi la chirurgie à distance. Sous un angle plus ludique, une start-up coréenne (Linkflow) propose de tester sa dernière "caméra-collier", qui permet de filmer ses vacances en 360°, voire de les diffuser en direct, via la 5G.

Et la Belgique ?

Dans cette course, la Belgique est pratiquement à l’arrêt. Principalement pour des raisons politiques. Au niveau fédéral, le gouvernement est tombé avant qu’un accord soit intervenu sur la commercialisation des licences 5G et la répartition du pactole entre le Fédéral et les Régions. En Région bruxelloise, capitale de l’Europe, s’ajoute un au problème de puissance d’émission. L’accord politique conclu de haute lutte, avant les élections de mai dernier, n’a jamais été finalisé. Or, la 5G vise moins la téléphonie ou l’échange de données (qui sera plus rapide dans un premier temps), que les technologies d’avenir que sont les voitures autonomes, les "villes intelligentes", etc. Sans la 5G, aucune avancée n’est possible dans ces domaines. Chez les opérateurs qui seront chargés de l’infrastructure technique, on se dit prêt. "Mais sans licence ni autorisation, on ne peut que multiplier les tests, sans pouvoir envisager une commercialisation à court terme" nous dit l’un d’eux.

Au rayon gadgets

Enfin, parmi les gadgets un peu originaux, signalons ce PC portable de 13 pouces (Thinkpad X1 Fold de Lenovo) doté d’un écran pliable, comme il en existe déjà pour les smartphones. Une fois ouvert, le PC affiche une double image qui s’étale à la fois sur l’écran classique et sur l’emplacement du clavier. Ce qui exige le recours à un petit clavier séparé. Prix annoncé : près de 2500 euros.

Samsung a, lui, présenté une télévision pivotante qui peut donc être regardée en mode paysage ou portrait Utile pour faire défiler des images prises par un smartphone. Encombrant quand même.

Enfin, le Smacircle S1 se définit, lui, comme l'’eBike (vélo électrique) pliable le plus léger, capable d’être cadenassé par smartphone. Son prix -par financement participatif- est de 650 euros.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK