Depardieu en Belgique: Reynders se défend de vouloir attirer les Français

Le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, a souligné, dans le cadre des remous suscités en France sur l'exil fiscal vers notre pays, que la Belgique n'a rien fait pour attirer les riches Français. Il a également renvoyé la balle. "Beaucoup de nos sportifs s'installent dans le sud de la France (Monaco, ndlr) pour s'y entraîner. Nous devons également l'accepter." Didier Reynders estime que les Français doivent chercher les causes de ces déménagements, comme celui de l'acteur Gérard Depardieu, chez eux.

En 12 ans, aucune mensure n'a visé à attirer les Français"

"Nous n'avons depuis 1830 aucun impôt sur la plus-value ou impôt sur la fortune en Belgique (...). J'ai été ministre des Finances pendant 12 ans et je ne sais pas quelle mesure j'aurais pu prendre pour attirer les Français." Ce sont plutôt les récentes mesures françaises qui chassent les fortunés, même si le ministre belge des Affaires étrangères ne veut pas "critiquer la politique fiscale en France".

Didier Reynders souligne que l'Union européenne autorise la libre circulation des personnes. "Des Belges vont également faire du shopping en France car la TVA y est plus basse. Et des Français du nord viennent travailler dans la région de Courtrai car c'est plus avantageux pour eux." Didier Reynders plaide pour un "retour au calme" dans ce dossier.

Gérard Depardieu veut bénéficier de la mutuelle belge

"M. Depardieu a demandé comment faire pour obtenir un passeport belge et comment bénéficier de la mutuelle. Je lui ai expliqué les démarches à accomplir", a déclaré Daniel Senesael, alors que l'acteur a annoncé vouloir rendre son passeport français. "Comme les 27% de Français qui sont domiciliés dans notre entité avec beaucoup de convivialité, nous lui avons expliqué les démarches qu'il fallait accomplir, tout simplement". En Belgique, "la demande de passeport se fait à l'administration communale, au service population-état civil".  Pour obtenir un passeport belge, ce n'est "pas du tout facile", a cependant souligné M. Senesael. En outre, la législation belge sur la nationalité étant sur le point d'être modifiée, "il faudra voir comment on pourra répondre à la demande au mieux", a-t-il précisé.

Une lettre ouverte au Premier français

L'acteur français Gérard Depardieu, s'estimant "injurié" par les critiques après son exil fiscal en Belgique, annonce qu'il "rend son passeport" français, dans une lettre ouverte au Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

C'est  le Journal du Dimanche qui a publié la lettre ouverte de Gérard Depardieu adressée au Premier français : "Je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté ! Tous ceux qui ont quitté la France n'ont pas été injuriés comme je le suis", écrit l'acteur au chef du gouvernement qui avait jugé "assez minable" son départ (cfr. le fichier audio ci-contre).

Ce qualificatif en particulier semble être resté en travers de la gorge de l'acteur vedette, qui commence ainsi sa "Lettre ouverte à M. Ayrault Jean-Marc, Premier ministre de M. François Hollande" : "Minable, vous avez dit 'minable' ? Comme c'est minable!".

Rappelant avoir commencé à travailler "à 14 ans comme imprimeur, comme manutentionnaire puis comme artiste dramatique", Gérard Depardieu affirme avoir "toujours payé ses taxes et impôts". "Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande M. Ayrault, 1er Ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ?", lance Gérard Depardieu. "Je n'ai jamais tué personne, je ne pense pas avoir démérité, j'ai payé 145 millions d'euros d'impôts en 45 ans, je fais travailler 80 personnes (...) Je ne suis ni à plaindre ni à vanter, mais je refuse le mot 'minable'", insiste-t-il. "Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi. Nous n'avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde, comme mon père me l'a toujours inculqué", assène encore Gérard Depardieu.

Belga et AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK