Rudy Demotte: "Les élèves méritent autre chose que des disputes" politiques

Cette semaine, c'est la rentrée dans l'enseignement secondaire. Ce lundi, la ministre de l’Éducation Marie-Martine Schyns (cdH) a visité une école de Dinant. De son côté, le ministre-président de la Communauté française, Rudy Demotte s'est rendu dans la nouvelle école secondaire Plurielle Maritime, dans le bas de Molenbeek, non loin du canal.

Même s'il n'a pas d'attribution précise en matière d'enseignement, Rudy Demotte a voulu démontrer que malgré les tensions politiques entre PS et cdH, c'était d'abord l'intérêt des jeunes qu'il fallait sauvegarder. "Nous sommes aujourd'hui sur une seule et même ligne, c'est l'intérêt de l'élève. Les questions partisanes appartiennent aux partis. En politique, ce qui compte surtout dans le domaine de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce sont surtout ceux auxquels on destine nos compétences. Et ici, en aide à la jeunesse, en éducation, dans l'enseignement ce sont les jeunes. Et on ne veut pas que les jeunes paient la note des divergences de vue politiques. Je crois d'ailleurs que c'est un consensus politique qui existe aujourd'hui entre des formation politiques, quand bien même elles n'ont pas la même approche des choses. Les élèves méritent autre chose que des disputes".

"Je n'ai aucune difficulté avec la manière dont Madame Schyns organise la rentrée. Je suis d'ailleurs à ses côtés pour cela. Et je pense que c'est bon pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, et surtout, indépendamment de l'institution, pour nos élèves", a ajouté Rudy Demotte.

Réponse au boom démographique à Bruxelles

S'inscrivant dans la volonté politique de créer de nouvelles places pour faire face au boom démographique dans la capitale, cette nouvelle école secondaire Plurielle Maritime relève d'un pouvoir organisateur mixte, composé à la fois du niveau communal, d'une asbl d'enseignants, de l'ULB et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Celle-ci a mobilisé quelque sept millions d'euros pour racheter et adapter les anciens bureaux administratifs d'une entreprise de construction.

Cinq classes de première secondaire accueillant 125 élèves ont fait leur rentrée ce lundi. La 2e année du cycle secondaire sera ajoutée à la rentrée 2018, et ainsi de suite.

Plutôt que d'obliger les réseaux d'enseignement à fusionner, le ministre-président a salué la collaboration de ces différents acteurs qui ont décidé de coopérer ensemble pour mettre cette école un peu particulière sur pied.

Pratiquant la pédagogie active, et établie dans un quartier plutôt défavorisé de Bruxelles, l'école devrait accueillir à terme un peu plus de 600 élèves.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK