Rudi Vervoort : à Bruxelles "le port du masque ne sera pas obligatoire dans l'espace public en général"

Le Conseil National de Sécurité se réunira vendredi afin de poser les balises d'un futur déconfinement. Le port d'un masque dans les espaces publics sera-t-il obligatoire? Interrogé par la RTBF, le ministre-président de la Région bruxelloise précise que "pour Bruxelles, l'enjeu sera principalement dans les transports publics. Aujourd'hui, un bus fonctionne avec 8 personnes à bord, c'est très peu. C'est dire que demain, même avec une réouverture partielle de l'activité, on ne pourra pas tenir".

Le gouvernement bruxellois se réunit ce jeudi : "Je propose que la Région achète un stock de masques 'de confort' (en tissu), qui viendront en support des initiatives déjà prises, y compris à Bruxelles, sur un mode coopératif ou par certaines communes, ou encore par des particuliers. Nous considérons que notre responsabilité est aussi d'en mettre à la disposition de l'ensemble de la population. Mais je le dis: le port du masque ne sera pas obligatoire dans l'espace public en général, parce que les experts ne le considèrent pas comme un élément indispensable".

Masques "indispensables" dans le métro

Rudi Vervoort réfute l'idée selon laquelle les autorités ne rendent pas obligatoire le port du masque parce qu'il n'y en a pas en stock: "Les masques autres que chirurgicaux ou FFP2 viennent en appui mais n'offrent aucune garantie. Si vous les portez mal, si vous ne les entretenez pas bien et si vous ne respectez pas les autres règles comme le lavage des mains ou la distanciation, le masque ne sera jamais le risque zéro de la contamination".

"Dans un métro, c'est impossible de garantir ou de faire respecter la distanciation sociale, donc le masque est indispensable", ajoute-t-il.


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


La Flandre annonce un retour progressif des élèves dans les écoles pour le 15 mai, alors que, en Fédération Wallonie-Bruxelles, cela pourrait se faire pour le 18 mai. "A Bruxelles on a les deux réseaux. J'ai régulièrement des discussions avec les différents responsables. Le message que je délivre est : ce que vous faites, décidez-le ensemble et faites la même chose. Et je pense que le bon sens l'emportera".

Le gouvernement bruxellois se penche aussi ce jeudi sur les factures d'énergie explique encore Rudi Vervoort : "Il faut protéger les plus fragiles et la majorité de la population bruxelloise connaît des difficultés. Le système du client protégé sera élargi: il faut faire en sorte que la facture soit réduite, qu'il n'y ait pas de coupure. On protège ceux qui sont en situation difficile, aussi en ce qui concerne les expulsions des logements. On réfléchit aussi à une aide qui puisse être accordée aux locataires qui seraient en difficultés financières suite au chômage économique".