Rôle des réseaux sociaux, indépendance de la Flandre… 6 préjugés sur les électeurs flamands démontés

Rôle des réseaux sociaux, indépendance de la Flandre… 6 préjugés sur les électeurs flamands démontés
Rôle des réseaux sociaux, indépendance de la Flandre… 6 préjugés sur les électeurs flamands démontés - © Tous droits réservés

L’hebdomadaire Knack a pu se procurer les résultats d’un sondage post-électoral sur les Flamands. Et ces résultats pourraient en surprendre certains…

Entre le 3 et le 24 juin 2019, le bureau de sondage Kantar a interrogé par Internet 2000 électeurs flamands qui se sont rendus aux urnes le 26 mai 2019. Ces résultats qu’a pu se procurer Knack démontent les six préjugés que certains auraient sur les électeurs du nord du pays :

1. "Plus de Flamands veulent l’indépendance"

Premier chiffre éloquent : seul 1 électeur sur 4 de la N-VA veut l’indépendance de la Flandre. Alors que le gouvernement Michel qui a mis le communautaire au frigo, 16% des électeurs flamands veulent que leur nation se sépare de la Belgique.

Selon l’étude, 22% des électeurs flamands choisiraient même le retour à une Belgique unitaire. Un électeur flamand sur trois veut "plus de Belgique et moins ou pas de Flandre", la même proportion que ceux qui souhaitent "plus de Flandre et moins ou pas de Belgique". Les autres n’ont pas d’avis ou optent pour le statu quo.

2. "Les électeurs votent pour des personnalités"

En 2014, 27% des Flamands votaient pour un parti parce qu’ils avaient "la confiance dans les personnes sur la liste". Cette proportion a chuté à 18% en 2019. Ce sont surtout les électeurs du Vlaams Belang, PTB et Groen qui votent pour une liste, le CD & V est quant à lui le champion des voix de préférence.

Pour les électeurs de la N-VA, Bart De Wever et Jan Jambon constituent les atouts de ce parti. L’effet de la ministre flamande Hilde Crevits est aussi perceptible auprès des électeurs du CD & V, mais dans une moindre mesure. Les figures de proue des autres partis ne sont quant à eux pas déterminants dans le choix électoral.

3. "Trois choses comptent : jobs, jobs, jobs"

Avant les élections de 2014, l’emploi constituait l’un des thèmes les plus décisifs pour les électeurs flamands. Cinq ans après, cette thématique ne figure plus dans les priorités au nord du pays : 1. Asile et migration, 2. Pensions et impôts, 3. Soins de santé et bien-être.

C’est surtout chez les électeurs du Vlaams Belang et de la N-VA que l’asile et la migration étaient déterminants. Les Flamands qui ont voté CD & V, SP.A et PTB s’inquiètent surtout de la sécurité sociale (pensions). Les électeurs de Groen et d’Open VLD ont respectivement donné la priorité à l’environnement et aux impôts.


►►►À lire aussi : Wallons et Flamands votent différemment, mais pensent (presque) la même chose


4. "Les attentats de 2016 n’ont pas eu d’influence"

Les attentats à l’aéroport de Zaventem et à Bruxelles étaient le troisième sujet qui a déterminé le choix des électeurs flamands. L’augmentation du prix de l’énergie et de l’âge de la pension étaient les deux premiers. Les attentats étaient aussi plus importants que les listes d’attente dans le secteur des soins et que le pacte de Marrakech.

5. "Les réseaux sociaux jouent un rôle dans le choix électoral"

Selon 10% des personnes interrogées dans le cadre de ce sondage, les messages et publicités Facebook ont influencé leur vote. Twitter, Instagram et autres réseaux sociaux ont encore joué un rôle moins déterminant dans le choix des électeurs flamands : 4%. Les électeurs du Vlaams Belang et du PTB ont été néanmoins plus sensibles à ce type de campagne électorale.

Les tests préélectoraux ont joué un plus grand rôle que les pubs sur les réseaux sociaux. Pour les électeurs de Groen et Open Vld, ces quiz destinés à aiguiller les électeurs étaient d’ailleurs la première raison qui justifie leur vote.

6. "Groen et PTB sont populaires chez les jeunes"

Malgré les nombreuses manifestations pour le climat en Flandre, Groen n’est plus le parti le plus populaire auprès des jeunes. Le Vlaams Belang a dépassé les verts en convainquant 50.000 nouveaux électeurs (contre 45.000 pour les écolos). Le PTB est quant à lui le parti qui a convaincu le moins de jeunes avec 6000 de nouveaux électeurs.

Regardez les Clés de l'Info sur les divergences d'opinions entre Wallons et Flamands (04/06/2019):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK