Robert Vertenueil (FGTB): "Le ministre Bacquelaine a un bulletin qui est proche de zéro"

En cette veille de festivités du 1er mai, le Parti Socialiste a invité syndicat et mutualité socialistes à se rassembler. Un meeting commun PS-FGTB-Solidarie aura donc lieu demain, alors que certains syndicalistes avaient appelé à dépasser la logique de l’action commune en se rapprochant aussi du PTB et d’Ecolo. Le Président de la FGTB, Robert Vertenueil, était l’invité de Thomas Gadisseux ce matin sur La Première.

La FGTB est-elle socialiste ? « En ce qui me concerne, je n’ai jamais caché que j’étais socialiste, répond Robert Vertenueil. Mais cela ne veut pas dire que la FGTB est toute socialiste. Je peux vous assurer qu’il y a des gens qui ne le sont pas, et c’est la démocratie », déclare-t-il.

Je vais demander des comptes aux politiques, et au PS en premier.

Que penser dès lors d’une telle action ? Pour le Président de la FGTB, ce n’est pas une volonté de peser dans la balance avant les élections qu’il faut déceler. « J’ai accepté d’y prendre la parole, mais à condition d’y délivrer le message de la FGTB. Je vais prendre la parole quatre ou cinq fois pendant la journée, et à chaque fois je dirai ce que la FGTB attend des politiques. Je ne vais pas forcément toujours faire plaisir à ceux à qui je vais m’adresser, parce que je vais évidemment demander des comptes aux politiques, et au PS en premier », promet-il.


►►► Lire aussi : Memorandum de la FGTB pour le prochain gouvernement


Concrètement, Robert Vertenueil attend que les partis dont le programme rejoint les attentes du syndicat tiennent parole. Il leur demande aussi de s’engager : « le salaire minimum à 14€, la retraite à 65 ans, un peu plus de justice fiscale que ce que nous avons connu jusqu’à aujourd’hui, réclame-t-il. Je jugerai sur les programmes ». Pas question de mettre le PS sur un piédestal. « Quand il a occupé le pouvoir, le Parti Socialiste a parfois fait des erreurs. Celui qui ne fait rien ne fait évidemment jamais d’erreur. Ce n’est pas cela qu’il faille reprocher, mais le fait qu’on n’assume pas les erreurs et qu’on ne les corrige pas. Je demande un peu de radicalité dans les positions qui vont être prises. »

Déficeler la réforme des pensions

Avec une réforme des pensions inachevée suite à la chute du gouvernement, la FGTB compte obtenir gain de cause à présent. « C’est un symbole pour nous, effectivement. Je rappelle qu’en Belgique, l’espérance de vie en bonne santé (sans incapacité, ndlr) est de 64 ans. » Il est encore possible de déficeler les aménagements déjà entrepris sous la législature précédente, Robert Vertenueil en est persuadé. « Sur le dossier des pensions, le ministre Bacquelaine a un bulletin qui est proche de zéro. Il n’a strictement rien fait. Aucune des réformes emblématiques qu’il voulait porter n’a pu être portée. Il dira que c’est parce qu’on lui a mis des bâtons dans les roues, mais si on l’a fait, c’est qu’on avait une raison de le faire », assène-t-il.

Les deux visages d’Alibaba

Sur la question de l’arrivée du géant de l’e-commerce Alibaba à l’aéroport de Liège, la FGTB se positionne au croisement des questions sociales et climatiques, entre PS et Ecolo. « Voilà un dossier dans lequel il faut être extrêmement nuancé, assure d’emblée Robert Vertenueil. On ne peut pas reprocher à ceux qui défendent les travailleurs de dire que cela nous intéresse d’avoir des entreprises qui créent de l’emploi. Mais effectivement, le type de commerce que propose Alibaba pose des questions macroéconomiques. Il faut avoir un débat, et on ne peut pas séparer les questions sociales des questions climatiques. Les deux aspects doivent être pris en compte. »

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK