Rik Van Cauwelaert: "Les partis traditionnels flamands se sont laissé humilier par la N-VA"

La semaine sera-t-elle enfin décisive côté flamand ? Bart De Wever va-t-il annoncer son choix de coalition ? Très attendus, deux bureaux de partis sont annoncés à l’Open Vld (à 10h30) et au CD&V (à 11 heures). Des bureaux qui pourraient donner le signal d’un vrai début de négociations avec la N-VA du formateur Bart De Wever. Sauf que chacun préfère encore pour le moment jouer la carte de la discrétion.

>> Lire aussi : 77 jours sans gouvernement flamand : on accélère le processus ?

Rik Van Cauwelaert, journaliste et observateur de la vie politique belge nous en parle ce lundi matin de cette possibilité d’une coalition tripartite N-VA, CD&V, Open Vld. "Pour moi on se dirige vers ce scénario, il y a des invitations qui ont été lancées en ce sens par Bart de Wever vers l’Open Vld et le CD&V. Mais bon on verra bien. Ce qui m’a particulièrement consterné c’est de voir comment depuis deux mois les partis traditionnels flamands se sont laissé humilier par la N-VA. Début juillet Bart De Wever part en Colombie, comme bourgmestre d’Anvers, alors qu’il a commencé des conversations avec le Vlaams Belang. Des conversations pour faire quoi ? Alors que l’on sait qu’ils n’ont pas de majorité. Il y avait des gens au sein et autour de la N-VA qui croyaient vraiment qu’on pouvait faire un gouvernement minoritaire en Flandre qui serait soutenu par quelques éléments extérieurs de l’Open Vld et du CD&V. Jan Jambon y a certainement cru. Avec cela on a perdu un temps énorme. Soyons quand même clairs, la Flandre ce n’est pas rien c’est le noyau de la vie économique en Belgique, on ne peut pas laisser comme cela traîner sur le fait de créer un gouvernement comme cela."

Manque de réaction des autres partis

"Ils avaient peur d’être mis sur la touche. Prenons l’exemple du sp.a, qui était candidat à monter dans le gouvernement. Ce parti doit être reconstruit de fond en comble. Il est à 10% aujourd’hui, en fait, il n’existe plus et c’est la même chose pour l’Open Vld et le CD&V qui sont à des scores historiquement bas. Ces partis laissent donc faire Bart De Wever car pour eux, ils le pensent, c’est une question de survie que de faire partie d’un gouvernement. Et en plus, il ne faut pas sous-estimer les ambitions personnelles de certains et ce à la N-VA comme dans les autres partis."

Jan Jambon, ministre-président?

"La décence politique demanderait que cela soit Bart De Wever, car il a fait campagne sur la promesse d’être éventuellement ministre-président et il a été élu au niveau régional. Maintenant on entend que ce sera peut-être Jan jambon, qui lui a été élu au niveau fédéral. Mais, Bart De Wever sait très bien qu’après lui comme président de la N-VA, il n’y a personne. C’est un parti qui n’est construit que sur une seule personne Bart De Wever."

Qu’en pensent les Flamands?

"Bart De Wever a réussi à faire oublier qu’il est un gros perdant des élections, mais il a sous-estimé le Vlaams Belang. Le Vlaams Belang a lui fait un parcours sans faute. Il a été reçu par le Roi et maintenant il a pu négocier avec la N-VA sans qu’il n’y ait eu de protestations des autres partis. C’est donc bien la fin du cordon sanitaire, ils sont devenus un parti normal. Le Vlaams Belang sait très bien que cette fois-ci il n’ira pas au gouvernement, leur objectif c’est 2024 et leur cible c’est la N-VA et Bart De Wever."

Et le fédéral?

"Cela devient un casse-tête. Mais tout est possible en Belgique. Quand j’entends la N-VA parler de confédéralisme, je crois qu’ils n’ont pas de programme pour réaliser ce confédéralisme. C’est un vieux rêve, ils le savent très bien. Du côté flamand, ils n’ont qu’un seul allié le CD&V et en fait ces deux partis se détestent. Pour l’avenir de ce parti, c’est un tournant très dangereux, la N-VA a sous-estimé le Vlaams Belang et il le sous-estime encore. L’opinion publique flamande voyant le parcours sans faute du Vlaams Belang commence à ce dire, pourquoi pas ? Il n’y aura pas de gouvernement fédéral sans la N-VA, les autres partis traditionnels sont trop faibles en Flandre. La chance de retourner aux élections fédérales prochainement à fort grandi ces derniers jours. Et cela peut être pire après, surtout côté flamand."

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK