Richard Miller: "Le burkini est une forme de régression de la liberté de la femme"

Invité de Matin Première ce vendredi 26 août, le député MR Richard Miller s’est dit favorable à une interdiction du burkini en Belgique (un entretien à revoir en intégralité dans la vidéo ci-dessus).

"Pourquoi les femmes devraient-elles porter une espèce de combinaison de cosmonaute pour aller sur une plage ?, s’interroge-t-il. Je ne peux pas voir ça autrement que comme une forme de régression de la liberté de la femme." Une position qui rejoint celle du Premier ministre français Manuel Valls. Jeudi, celui-ci voyait le burkini comme "un symbole d'asservissement de la femme".

Le député libéral considère aussi que "les femmes ont le droit d’être comme elles le souhaitent et d’assumer leur liberté. Il n’est pas question qu'au nom de je ne sais pas quoi on vienne leur imposer une tenue qui va tout à fait à l’encontre de leurs droits. Être libéral c'est être capable de défendre les libertés, à la fois contre les menaces contre ces libertés et aussi contre toutes les dérives possibles."

Il ne sera pas simple d'arriver à justifier l'interdiction du burkini.

Richard Miller ne voit donc pas d’objection à ce que ce sujet soit débattu au niveau fédéral. "Si on allait vers une interdiction du port du burkini, je ne m’y opposerais pas et je m’en réjouirais." Mais il reconnaît au passage qu’il ne sera "pas simple d'arriver à justifier l’interdiction".

Quant à savoir s’il n’y a pas d’autres problèmes plus urgents à traiter, Richard Miller le concède : "Ce problème est idiot. On a bien vu des policiers français aller sur une plage pour obliger une femme à se déshabiller." Il n’empêche, "s’il y a un débat au Parlement, nous y participerons."

Impôt des sociétés et "Patriot Act"

Autre sujet abordé lors de cette interview : la rentrée du gouvernement fédéral, au terme d’un été marqué par plusieurs propositions venues de la N-VA. A commencer par la volonté du parti de Bart De Wever d’abaisser l’impôt des sociétés à 20%. Richard Miller déclare "qu’aider les PME passe peut-être par une réduction d’impôt des sociétés."

Interrogé sur la rédaction d’un "Patriot Act" à la belge, une idée proposée fin juillet par Bart De Wever, Richard Miller s’est montré prudent. "La formule d’un 'Patriot Act' a un petit côté Mel Gibson. Au MR, nous sommes ouverts à la discussion sur toute mesure qui permet de renforcer les moyens de la sécurité. Mais sans tomber pour autant dans des mesures liberticides."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK