Reynders sur le CETA: "Il faut savoir si une région souhaite que la Belgique s'isole complètement"

CETA : "il faut savoir si une région souhaite que la Belgique s'isole complètement"
CETA : "il faut savoir si une région souhaite que la Belgique s'isole complètement" - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Didiers Reynders (MR) est revenu ce mercredi sur le CETA, le traité commercial entre l'Europe et le Canada, auquel la Wallonie s'oppose toujours. Le ministre des Affaires étrangères et du Commerce extérieur ne comprend pas la position du gouvernement wallon qui maintient ses positions et demande un report de décision.

Didiers Reynders a demandé au gouvernement wallon de prendre ses responsabilités et en a profité pour mettre en garde : "maintenant il faut savoir si une région souhaite que la Belgique s'isole complètement sur le terrain européen. Cela aura des répercussions et si on joue ce jeu là du seul contre tous, il ne faudra pas s'étonner que l'on se retrouve dans une position difficile sur certains dossiers dans le futur".

Le ministre au fédéral a également expliqué qu'il s'était rendu mardi au Luxembourg, et qu'il avait pu prendre connaissance d'un certain nombre d'avancées en ce qui concerne les prises de position de la Commission et du Conseil. "Le dossier, quoi qu'il arrive, va aller vers le Conseil européen qui se réunit et vendredi", a-t-il déclaré.

Pas de bras de fer avec Paul Magnette

Didiers Reynders a expliqué que tous les points qui avaient été soulevés par le Ministre-Président wallon ont trouvé des réponses, et qu'il avait pu observer un "changement d'attitude. "Il n'y a pas de bras de fer. On parle désormais de délais maintenant plutôt que du fond du sujet", a-t-il ajouté.

Dans l'éventualité où rien ne changerait dans un futur proche, les cartes se retrouveront dans les mains des dirigeants et chefs d'états qui se réuniront jeudi et vendredi, et décideront de la suite à donner au dossier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK