Réunion du Conseil national de sécurité ce samedi matin

Arrivée des vice-premiers au Conseil national de sécurité
Arrivée des vice-premiers au Conseil national de sécurité - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

Le Conseil national de sécurité a débuté ce samedi matin à 9h. C'est le Premier ministre qui l'a convoqué. A l'entrée de cette réunion, Didier Reynders, le vice-premier ministre, n'a pas précisé le type de menace dont il était question : "Ca a un rapport avec un certain nombre d'éléments rassemblés par les services de police et vous comprendrez qu'on ne va pas communiquer sur ces éléments. On a simplement constaté la situation de relèvement du niveau de la menace. On va voir quel type de mesures sont à prendre et quelles communications à donner, mais sans perturber les enquêtes qui sont en cours. Il est normal qu'il y ait un certain sentiment de peur après ce qui s'est passé à Paris, mais au delà de la peur, il faut prendre des mesures pour essayer de vivre le plus normalement possible, mais en se protégeant, ce qui est assez logique quand une menace est annoncée."

Cette instance de crise du gouvernement réunit autour de Charles Michel, le ministres de l'Intérieur et de la Sécurité, Jan Jambon, le ministre de la Justice, Koen Geens, Steven Vandeput pour la Défense et Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères. Sont également associés au Conseil National de sécurité, les autres vice-Premiers ministres, Kris Peeters et Alexander De Croo.

Niveau d'alerte terroriste maximum

L'objectif est de coordonner les mesures concrètes à prendre pour traduire la recommandation annoncée cette nuit par l'OCAM. Pour rappel, l'OCAM, (l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace) a relevé le niveau d'alerte terroriste à 4 en région bruxelloise. Il reste à 3 ailleurs dans le pays.

C'est pourquoi, l'administrateur général de la Sûreté de l'État, Jaak Raas, le responsable des renseignements militaires, le patron de l'administration de l'Intérieur, un représentant du collège des procureurs généraux et le procureur fédéral participent à la réunion. Ce sera aussi l'occasion d'échanger des informations entre les différents services de sécurité et le gouvernement. cette instance est un trait d'union entre les autorités du pays et les différents services de police, de justice et de renseignement.

Créé après Charlie Hebdo

Le Conseil national de sécurité avait été créé avant les premiers événements, de Charlie Hebdo et de Verviers, en janvier dernier, un peu sur le modèle du National Security Council américain. Mais depuis lors, il a eu a se réunir à de nombreuses reprises, notamment jeudi soir, déjà pour décider de concentrer les renforts militaires sur la capitale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK