Retours de l’étranger : quarantaine et tests PCR deviennent obligatoires pour les voyageurs de retour de "zone rouge"

Le Comité de concertation s’est réuni par visioconférence ce mercredi après-midi et a décidé de durcir les règles pour les voyageurs de retour de vacances en "zone rouge". La quarantaine est rendue obligatoire après un séjour de plus de 48 heures en "zone rouge" et un test PCR sera également obligatoire le premier jour et le septième jour de cette quarantaine.

Par ailleurs les contrôles seront renforcés pour les retours de l’étranger. A ce stade, les autorités ne précisent pas quels seront les moyens mobilisés pour renforcer ces contrôles, tout juste un mois après une annonce en tous points similaires.

Le communiqué précise que "ce durcissement intervient pour éviter que les voyageurs n’importent le virus et pour contrer la propagation de la nouvelle variante de la Covid-19".

Le Comité de concertation "a constaté que le nombre de contaminations était actuellement moins élevé dans notre pays que dans les autres. De même, l’évolution du nombre de cas confirmés est plus favorable chez nous qu’à l’étranger. À cela s’ajoutent des indications sérieuses d’une nouvelle variante de la Covid-19 nettement plus contagieuse, circulant au Royaume-Uni pour le moment".

Pour éviter que le trafic international de voyageurs n’accélère à nouveau la propagation du coronavirus sur notre territoire, le Comité de concertation a décidé de durcir les règles de voyage de la façon suivante :

Quarantaine obligatoire après un séjour de plus de 48 heures en zone rouge

Tous les séjours en zone rouge seront désormais considérés comme des contacts à haut risque. À compter du 31 décembre 2020, toute personne (résidents et non-résidents) de retour en Belgique après un séjour d’au moins 48 heures en zone rouge devra donc se placer en quarantaine. La quarantaine peut uniquement prendre fin moyennant un test PCR négatif effectué le septième jour de quarantaine. Cette mesure s’applique pour le moment jusqu’au 15 janvier.

Dans quelques cas seulement, de strictes exceptions ont été prévues :

  1. Pour les personnes qui exercent des fonctions critiques dans des secteurs essentiels, le travail peut être autorisé sur le lieu d’emploi moyennant une attestation de l’employeur (conformément à la décision de la Conférence interministérielle Santé publique du 2 décembre 2020) ;
  2. Les étudiants sont autorisés à interrompre exceptionnellement leur quarantaine pour présenter un examen (uniquement pour présenter l’examen) ;
  3. Les résidents ayant séjourné à l’étranger pour raison professionnelle peuvent déroger à la quarantaine obligatoire jusqu’au 4 janvier, moyennant une attestation de l’employeur certifiant le motif professionnel du déplacement. À partir du 4 janvier 2021, l’évaluation du Passenger Locator Form tiendra compte des déplacements professionnels certifiés par l’employeur.

Tests PCR obligatoires le premier et le septième jour de la quarantaine

Les résidents de retour d’une zone rouge et y ayant séjourné plus de 48 heures doivent obligatoirement se faire tester le premier jour et le septième jour de la quarantaine.

À partir du 2 janvier 2021, les personnes recevront à leur retour un SMS qui leur permettra de se présenter dans un centre de test.

À Brussels Airport, la capacité de test sera encore accrue pour permettre aux voyageurs arrivant en Belgique de se faire tester d’emblée volontairement. Aux aéroports de Charleroi et à la gare de Bruxelles-Midi, la capacité de test sera développée.

Des contrôles renforcés dès ce week-end

Un effort particulier sera consenti pour renforcer le contrôle du respect de ces mesures dans le cadre du trafic transfrontalier, notamment le remplissage du Passenger Locator Form et le test négatif obligatoire que doivent présenter les non-résidents.

Ces mesures plus strictes viennent s’ajouter aux décisions du Comité de concertation qui prévoyaient notamment un contrôle plus rigoureux du Passenger Locator Form et, depuis le 25 décembre 2020, un test négatif à présenter par les non-résidents séjournant dans notre pays.

Ce mardi, la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, avait déjà annoncé que les Belges qui rentreront de l’étranger lors de ce dernier week-end des vacances d’hiver seront soumis à des contrôles renforcés dans les aéroports, les gares et sur les routes.

Des contrôles renforcés prévus pour "éviter de répéter la situation que nous avons connue en mars. Les Belges sont revenus infectés de leurs vacances, ce qui a accéléré la propagation du virus dans notre pays", avait indiqué la ministre.

Réponse à l’appel des experts

Cette réunion du comité de concertation faisait suite aux appels lancés par plusieurs experts qui craignent une remontée importante des courbes après le retour des Belges partis à l’étranger pendant les congés de fin d’année.

Erika Vlieghe, l’infectiologue et présidente du nouveau groupe d’experts en charge de la stratégie de testing, estime que le système mis en place pour les résidents en Belgique de retour de l’étranger n’est pas suffisant. "Ce système (PLF – passenger locator form) […] est un système vulnérable aux abus. Nous ne pouvons pas nous le permettre à ce stade de l’épidémie", soulignait-elle à nos confrères de la VRT ce mercredi matin.

L’infectiologue estime qu’il est nécessaire de rendre le testing obligatoire, même si la mesure est implémentée après cette période de retour de vacances. "Je ne cache pas ma frustration. […] Malgré les appels du gouvernement, de nombreux Belges sont quand même partis à l’étranger", indique Erika Vlieghe.

Sujet sur le bilan du jour par Sciensano dans notre journal de la mi-journée :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK