Retour sur 2012 : première année très chargée pour le gouvernement Di Rupo

Petite parenthèse pour le Premier ministre, avec la remise du Nobel de la paix à l'Union européenne
Petite parenthèse pour le Premier ministre, avec la remise du Nobel de la paix à l'Union européenne - © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Pas d'état de grâce pour le premier gouvernement Di Rupo, né après 541 jours d'une profonde crise politique qui avait conduit le pays au bord du précipice. Il a fallu d'abord prendre une série de mesures budgétaires, avant d'affronter la grogne sociale, en particulier dans le monde de la justice. Cerise sur le gâteau: à quelques encablures du scrutin communal, la coalition des six partis a du faire face à la tempête suscitée par la libération conditionnelle de Michelle Martin, l'ex-femme de Marc Dutroux. Le pilotage dans la tempête n'est pas toujours le plus fin, mais au moins l'esquif gouvernemental a-t-il franchi l'obstacle. Il lui restera à survivre à un scrutin communal à hauts risques pour les partis flamands, puis à s'atteler à un nouveau budget de crise... Avant de trouver enfin des eaux plus tranquilles ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK