Retiré à la demande de l'ex-mari de L. Onkelinx, Père Ubu riposte

RTBF
RTBF - © RTBF

L'hebdomadaire satirique Père Ubu a été retiré de la vente vendredi à la demande d'Abbès Guenned, le premier mari de Laurette Onkelinx, après la publication d'articles controversés, a révélé dimanche La Dernière Heure.

Père Ubu a publié la semaine dernière un article sur l'arrestation de la fille des ex-époux en compagnie d'un revendeur de drogue. Cette semaine, l'hebdomadaire a repris un ancien article relatif à M. Guenned lui-même, sous prétexte de cette affaire. Le texte en question a fait l'objet d'une décision judiciaire par le passé.

Mme Onkelinx a confirmé à la Dernière Heure qu'une demande de retrait de la vente a été introduite, mais le quotidien précise que Père Ubu était déjà presque épuisé au moment où il a été retiré des librairies.

Mme Onkelinx a par ailleurs déposé une plainte auprès de l'inspection de la police pour la divulgation du PV relatif à l'arrestation de sa fille, ainsi qu'une plainte au pénal contre les médias qui ont abondamment relayé les faits, à savoir les éditions Roularta (Knack), le groupe Sud Presse et Père Ubu, selon la DH.

 

Père Ubu contre-attaque

L'hebdomadaire Père Ubu introduira un recours en justice contre son retrait du commerce, a indiqué dimanche soir le responsable de la publication, John Alexander Bogaerts. Ce dernier évoque une "perte financière" conséquente pour l'hebdomadaire, retiré des librairies vendredi, au lendemain de sa parution. De nombreux lecteurs achètent Père Ubu le samedi, a-t-il dit, démentant les informations de La Dernière Heure selon lesquelles la feuille satirique était déjà presque épuisée au moment du retrait.

Selon M. Bogaerts, qui a repris les rênes de l'hebdomadaire après le décès de son père Rudy Bogaerts en 2007, Père Ubu n'avait à l'époque pas assuré correctement sa défense. "Mais s'ils veulent qu'on retourne au clash, on ira, cette fois avec des arguments", a-t-il dit.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK