Résultats des examens dans l'enseignement supérieur : hausse du taux de réussite des étudiants et pas d'abandons massifs

La ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny, a récolté auprès des établissements (universités, hautes écoles, écoles supérieures des arts) de multiples données relatives à cette première session d’examens, afin d’avoir une vue d’ensemble sur son déroulement. Deux tendances claires se dégagent : dans tous les établissements, les chiffres globaux de réussite sont en hausse et le taux d'abandon est finalement bien plus faible que prévu.

Hausse du taux de réussite global

La ministre constate une hausse du taux de réussite global de 9% dans les universités et d’entre 5 et 10% de réussite en plus dans les hautes écoles et les écoles supérieures des arts. A noter que la session se terminant le 10 juillet dans certains hautes écoles, certaines données doivent encore être actualisées. Habituellement, ces chiffres sont relativement stables (avec des fluctuations d’année en année de l’ordre d’1%).

Pas d’abandons massifs de la part des étudiants

Les universités redoutaient ces abandons. Mais l'équipe qui entoure la ministre Valérie Glatigny constate au contraire que les chiffres sont stables et tendent même vers une diminution du taux d’abandon – de l’ordre de 2 à 5%. "Ceci tend à prouver que les professeurs et les autorités académiques ont réalisé un travail considérable pour que la fin de l’année et cette session d’examen inédites se déroule dans les meilleures conditions possibles", nous indique-t-on du côté du cabinet. "La crainte d’une augmentation du décrochage ne s’est heureusement pas matérialisée. Les chiffres semblent même indiquer le contraire. Les étudiants ont fait preuve de résilience dans des conditions difficiles, et la consigne de bienveillance adressée aux professeurs, eu égard aux circonstances particulières, a été respectée".

Le taux de réussite globale est basé sur des données agrégées, qui ne reflètent bien entendu pas certaines situations difficiles qu’ont pu connaître des étudiants. Mais dans l’ensemble, ces données sont globalement positives pour la ministre : « Nous voulions en effet garantir l’acquisition de compétences et la valeur des diplômes en cette fin d’année académique, en dépit des circonstances exceptionnelles. Le taux de réussite en hausse pour cette session d’examens et le taux d’abandon stable, voire en diminution, prouvent que la majorité des étudiants ont pu s’adapter à l’enseignement à distance, malgré le stress engendré. Je tiens à remercier les professeurs qui ont fait preuve de bienveillance et ont travaillé pour que cette fin d’année se déroule dans les meilleures conditions possibles, et à féliciter les étudiants pour leur courage et leur capacité de résilience. »

Ces données interviennent alors que le Conseil des Recteurs francophones (CRef), qui réunit l'ensemble des institutions universitaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dresse lui aussi le "bilan d’une session atypique". Alors que le taux d'examens présentés était, selon ses calculs, de 86% l'année passée, il est aujourd'hui de 89%. Le taux d'examens réussis passe quant à lui de 68% (année académique 2018-2019) à 77% en 2019-2020.

Reportage du JT de ce lundi 6 juillet:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK