Restructuration chez Proximus: "le secteur des télécoms traditionnel est arrivé à un plafond"

Gilles Quoistiaux, journaliste chez Trends-Tendances
Gilles Quoistiaux, journaliste chez Trends-Tendances - © Tous droits réservés

L’information a fuité plus tôt que prévu: l’opérateur mobile Proximus compte se séparer de 1900 collaborateurs et en recruter 1250 d’ici à 2021. Ces licenciements font partie d’un plan de transformation qui doit permettre à Proximus de réaliser sa transition vers le digital. S’il est impossible de savoir, pour l’heure, quels seront les postes touchés par ces licenciements, quels seront les profils recherchés par l’opérateur?

Depuis quelques jours, le personnel de Proximus est sous tension. Et pour cause, les salariés de l’opérateur viennent d’apprendre que 1900 licenciements sont prévus sur trois ans. Des licenciements qui devraient également être accompagnés de 1250 embauches et qui doivent permettre de réaliser 240.000 d’euros d’économies pour 2021. Ce matin, au cours d’une commission paritaire, la direction de Proximus a rassemblé les partenaires sociaux dans l’urgence pour tenter d’expliquer sa stratégie #shifttodigital. Mais après cette première réunion entre les syndicats et la direction, les postes susceptibles d’être supprimés sont difficile à définir tant la direction a été floue sur la question.

Le secteur des télécoms traditionnel est arrivé à un plafond

C’est inévitable, le secteur des télécommunications – comme les autres secteurs – va devoir opérer sa transition vers le numérique. " Le secteur des télécoms traditionnel est plutôt arrivé à une sorte de plafond. Il n’y a plus de croissance sur les communications en tant que tel, sur le mobile ou sur le fixe, et donc l’opérateur va chercher des relais de croissance sur d’autres technologies" explique Gilles Quoistiaux, journaliste à Trends-Tendance. Ces "relais de croissance", désignent des services qui fonctionnent bien, et vont permettre de développer l’entreprise. Même son de cloche chez Marc Lambotte, président d’Agoria, l’organisation des employeurs et associations professionnelles de Belgique: "Chez Proximus, comme ailleurs, on voit que la numérisation joue un rôle de plus en plus important".

Des employés plus jeunes et ‘digital native’

Le patron d’Agoria dresse le profil type du travailleur du futur: "L’employé type du futur est un employé qui a beaucoup de compétences numériques et qui est capable de gérer des processus en utilisant l’informatique". Pour le journaliste Gilles Quoistiaux, la nouvelle génération d’employé devrait "probablement" être rajeunie avec "encore des propositions de départ avant la retraite (…)". Selon le journaliste, "Ce sera moins du personnel ‘traditionnel’ que du personnel ‘digital native’". "Ce peuvent être des profils d’ingénieurs, des spécialistes en cyber-sécurité, des informaticiens, des développeurs", développe Gilles Quoistiaux tout en expliquant qu'il y a énormément de postes à pourvoir dans une grande entreprise comme Proximus.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK