Le groupe Mestdagh doit limiter le nombre de licenciements, réclame Charles Michel

Pour Charles Michel, Mestdagh doit mettre "tout en œuvre" pour limiter le nombre de licenciements
2 images
Pour Charles Michel, Mestdagh doit mettre "tout en œuvre" pour limiter le nombre de licenciements - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La direction du groupe Mestdagh, qui a annoncé lundi un important plan de transformation, doit assumer ses responsabilités et mettre "tout en œuvre" pour limiter le nombre de licenciements, réagit le Premier ministre Charles Michel dans un communiqué. Le gouvernement fédéral est en contact avec la direction et les syndicats.

Le groupe Mestdagh entend se séparer de 450 travailleurs sur les quelque 2.500 actuellement engagés mais aucune enseigne ne fermera ses portes. Les employés de nombreux magasins Carrefour Market (Groupe Mestdagh) ont débrayé après l'annonce de cette restructuration lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire.

Dans un communiqué, le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l'Economie Kris Peeters expriment "leur soutien" aux travailleurs et à leurs familles. Ils soulignent quel l'employeur devra "assumer ses responsabilités", notamment en matière d'accompagnement des travailleurs licenciés, et mettre "tout en oeuvre" pour limiter le nombre de licenciements.

Le gouvernement s'engage à suivre la situation "au plus près" et à soutenir les travailleurs concernés. "Il étudiera avec les Régions toutes les pistes légales et envisageables" pour les accompagner, poursuit le communiqué.

Kris Peeters ajoute qu'il a pris contact avec les syndicats et souhaite que la procédure Renault démarre dans les plus brefs délais. "Dans le cas d'une telle restructuration, la phase initiale est primordiale", explique-t-il. "L'expérience démontre qu'une concertation avec les syndicats permet dans de nombreux cas de trouver des alternatives et de sauver des emplois." Le ministre souhaite une analyse approfondie sur les alternatives aux licenciements secs.

De son côté, le ministre wallon de l'Emploi, Pierre-Yves Jeholet (MR), a annoncé avoir pris contact "avec les différentes délégations syndicales afin de faire savoir que j'étais disponible pour les rencontrer dans cette période de grande incertitude". Il a aussi pris contact "avec le Forem pour anticiper le suivi et la mise en œuvre d'une éventuelle cellule de crise et des mesures d'aide aux travailleurs".

Ecolo veut "une remise en question du modèle de la grande distribution"

Ecolo a vivement critiqué cette annonce dans un communiqué, appelant à "une remise en question du modèle de la grande distribution".

"Il faut constater et regretter que ce sont systématiquement les travailleurs qui sont les premières victimes des ajustements décidés dans le secteur de la distribution. Il faut maintenant tout mettre en œuvre pour limiter la casse sociale, en diminuant le nombre de licenciements et en accompagnant les travailleuses et les travailleurs qui quitteront l'entreprise. C'est la première des priorités ", explique Georges Gilkinet, député fédéral, dans ce communiqué.

Le parti écologiste en appelle au gouvernement Michel, plus précisément à une réflexion sur les aides octroyées aux entreprises, afin de "les conditionner davantage au maintien d'un emploi de qualité"

Le PTB souligne également son indignation et considère que cette annonce de restructuration est "intimement liée" à la politique du gouvernement fédéral. "Les mesures de flexibilisation permanente du marché du travail mises en œuvre par le gouvernement sont un feu vert donné à l'ensemble du secteur de la distribution pour tirer à la baisse les conditions de travail", réagit Raoul Hedebouw.

Le PS veut entendre les représentants des travailleurs et la direction de Mestdagh

Après avoir appelé à l'action sur Twitter "pour arrêter les restructurations sur le dos des travailleurs dans la grande distribution", le PS vouloir entendre les représentants des travailleurs et la direction de Mestdagh au Parlement.

Dans un communiqué, le parti socialiste estime que "si le secteur de la distribution est en pleine mutation, nous ne pouvons accepter que ces restructurations se fassent sur le dos des travailleurs. Nous devons endiguer cette succession de drames sociaux"

Et d’interpeller le Premier ministre pour qu'il prenne "ses responsabilités et adopte une série de mesures qui permettent de mettre un holà à ces restructurations massives"

Colère du personnel du Metsdagh d'Ans, en région liégeoise (JT 13)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK