RER retardé à 2025: George Dallemagne trouve cela "inadmissible"

Le RER serait encore repoussé,  à 2025, selon Le Soir
Le RER serait encore repoussé, à 2025, selon Le Soir - © BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Le député fédéral Georges Dallemagne (cdH) s'est insurgé mercredi des nouveaux retards annoncés pour l'entrée en fonction du réseau express régional (RER), désormais reportée à 2025, en vertu du nouveau plan pluriannuel d'investissement (PPI) du rail belge, actuellement en discussion et dont le contenu a été révélé par le journal Le Soir.

Il a appelé la SNCB à accélérer les travaux "pour les terminer dans un délai acceptable" en se concentrant sur les lignes "qui ne posent pas de problèmes", comme la ligne 161 vers Louvain-la-Neuve.

Ces retards - l'échéance 2025 désormais citée mais encore comme incertaine, alors que le RER aurait au départ dû commencer à fonctionner en 2002 - sont "inadmissibles" et "inacceptables", a affirmé George Dallemagne.

"Il faut que la SNCB et le ministre de tutelle (le socialiste francophone Jean-Pascal Labille, ndlr) revoient leur copie", a-t-il ajouté.

"Avec un budget de 26 milliards (d'euros), c'est faisable", a poursuivi le député bruxellois.

Il a rappelé que le RER était à ses yeux un "enjeu fondamental" pour désenclaver Bruxelles et relier la capitale à la Wallonie, et en particulier les villes de Louvain-la-Neuve et de Nivelles.

Selon le quotidien Le Soir, le nouveau plan pluriannuel d'investissement (PPI) du rail belge, actuellement en discussion avec une approbation attendue avant la fin du premier semestre de cette année, annonce désormais les derniers chantiers du RER pour 2025.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK