Rentrée scolaire: où en est le chantier du pacte d'excellence?

Marie-Martine Schyns, ministre de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles.
Marie-Martine Schyns, ministre de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

L'heure de la rentrée scolaire a (presque) sonné. Dès lundi, les élèves retrouveront les uns après les autres le chemin de l'école. Pour les acteurs du monde de l'enseignement, un dossier sera particulièrement scruté : le pacte d'excellence lancé par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le gouvernement aura-t-il le temps de le finaliser avant les élections régionales de mai 2019... et les moyens suivront-ils ?

Dans les rangs du gouvernement PS-cdH on se veut rassurant, même si plusieurs décrets doivent encore être votés pour aller de l'avant dans les prochains mois. L'argument officiel est toujours le même : ce pacte d'excellence aboutira car, dit-on au gouvernement, "c'est un projet qui a été négocié par l'ensemble des acteurs de l'enseignement".

Plusieurs années de travail

Le projet est ambitieux : l'objectif est de rendre l'enseignement meilleur et de réduire le nombre trop élevé de redoublements qui coûte cher à la collectivité. Pour y arriver, un tronc commun est prévu jusqu'à la troisième secondaire. Une façon de revaloriser l'enseignement technique et professionnel en évitant de le réduire à une filière de relégation. Un gros effort est prévu en matière de remédiation. Des efforts en personnel ont déjà été lancés pour le maternel.

Du côté des enseignant, les avis sont partagés. Chacun reconnaît qu'il faut améliorer les choses, mais il y a encore beaucoup d'inquiétudes et d'interrogations sur la manière de le faire. Parmi les points de friction, on trouve notamment les futures grilles horaires. Et comme le pacte devrait se mettre en place sur plusieurs années, le débat n'est pas près de se terminer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK