Rénovation des bâtiments scolaires : "une bombe à retardement", avertit le SeGEC

Rénovation des bâtiments scolaires: "une bombe à retardement", avertit le SeGEC
Rénovation des bâtiments scolaires: "une bombe à retardement", avertit le SeGEC - © JAMES ARTHUR GEKIERE - BELGA

L’enseignement catholique en Fédération Wallonie-Bruxelles dénonce jeudi dans les pages du journal Le Soir la clé de répartition retenue par le gouvernement pour attribuer aux différents réseaux la manne européenne destinée à rénover les bâtiments scolaires, estimant que celle-ci, si elle est maintenue, pourrait nuire au Pacte d’excellence, ce vaste plan de réforme de l’école francophone.

La FWB a décidé d’allouer 300 des 500 millions d’euros qu’elle va toucher du plan de relance européen à la rénovation (énergétique) de ses bâtiments scolaires.

58,5% au réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement

De ces 300 millions, le ministre en charge des Bâtiments scolaires, Frédéric Daerden (PS), veut en allouer 58,5% au réseau Wallonie-Bruxelles Enseignement (WBE, ex-Communauté française), dont les bâtiments ont particulièrement pâti d’un sous-investissement chronique ces dernières décennies.

Le reste, soit 41,5%, serait partagé entre le réseau officiel subventionné (écoles communales et provinciales) et l’enseignement libre, confessionnel et non confessionnel.

Selon le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC), l’enseignement catholique ne va toucher qu’une vingtaine de pour cent de la manne européenne, alors qu’il scolarise un enfant sur deux en Wallonie et à Bruxelles, contre 15% pour le réseau WBE.


►►►A lire aussi : Fédération Wallonie-Bruxelles : la solution du crowdlending pour financer les bâtiments scolaires délabrés


"Tout semble se passer comme si une sorte de bombe à retardement avait été placée en dessous du plan de relance, avec des effets collatéraux à redouter pour le Pacte d’excellence lui-même", avertit jeudi Etienne Michel, directeur du SeGEC.

Celui-ci réclame que ces 300 millions soient plutôt partagés selon la clé du Programme prioritaire des travaux (PPT), un des fonds de la FWB destiné à financer des travaux dans les écoles.

Le SeGEC, qui est coutumier des actions en justice, met déjà en garde le gouvernement envers la constitutionnalité du plan de partage actuel, et la nécessité de couler celui dans un décret.

Appel au démineur

Sans déterrer déjà la hache de guerre ou vouloir relancer la guerre scolaire, le SeGEC en appelle à présent au ministre-président Pierre-Yves Jeholet (MR) pour jouer le rôle de démineur dans ce dossier.

Selon des estimations, la rénovation (énergétique) des bâtiments scolaires de Wallonie et Bruxelles nécessitera quelque 2 milliards d’euros sur une quinzaine d’années, dont 1,2 milliard rien que pour le réseau WBE.

Répartition du plan de relance (JT 12/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK