Renouvellement important à la Chambre: 80 députés sur 150 sont des nouveaux

La prochaine Chambre va présenter un visage très différent. Au nord comme au sud du pays et quasiment dans tous les partis, le renouvellement des députés est considérable. Sur les 63 députés élus sur des listes francophones, 32 sont des nouveaux. Au PS, sur 20 députés, ils sont dix. Avec des distinctions à établir, certains étaient déjà parlementaires sous la précédente législature mais dans une autre assemblée comme Patrick Prévot qui était député wallon ou Hugues Bayet, député européen. D’autres, en revanche, vont véritablement découvrir la Chambre comme Laurence Zanchetta, qui était porte-parole du SPW, Mélissa Hanus qui était jusqu’à présent échevine à Etalle dans le Luxembourg ou encore Marc Goblet, l’ancien secrétaire général de la FGTB. Au MR, sur 14 députés, beaucoup moins de nouveaux. Ils ne sont que 3. Michel De Maegd, l’ancien présentateur du journal de RTL et Caroline Taquin, la bourgmestre de Courcelles vont faire leur grande entrée à la Chambre.

Beaucoup de nouveaux chez Ecolo, au PTB et chez DéFI

Chez DéFI, c’est du 100%. Olivier Maingain et Véronique Caprasse ne se représentaient plus à la Chambre. 2 jeunes députés ont été élus : François De Smet, l’ancien directeur de Myria, le Centre fédéral de la Migration, qui n’avait pas de mandat politique et Sophie Rohonyi. Enfin, et sans surprise, chez Ecolo et au PTB, les 2 partis qui ont le plus progressé le dimanche 26 mai au sud du pays, les nouveaux députés pullulent. Et beaucoup n’ont pas de mandat politique si ce n’est au mieux, conseiller communal. Chez Ecolo, il y a entre autres Marie-Colline Leroy, enseignante de Frasnes-Lez-Anvaing dans le Hainaut, Julie Chanson, enseignante aussi de Theux ou Simon Moutquin, du Brabant wallon qui travaille pour l’ABP, l’association belgo-palestinienne. Au PTB, outre les 2 députés sortants, Marco Van Hees et Raoul Hedebouw, tous vont découvrir la vie parlementaire comme Robert D’Amico, ancien travailleur de Caterpillar ou Anouk Vandevoorde, élue namuroise, enseignante elle aussi.

En Flandre, plus de 48 nouveaux

48 nouveaux députés sur les 87 élus sur des listes néerlandophones. Un vrai renouvellement qui s’explique notamment par le succès du Vlaams Belang. Le parti d’extrême droite compte désormais 18 sièges et 17 d’entre eux n’ont jamais siégé à la Chambre. Au PVDA, 3 élus et ce sont aussi trois nouveaux. Chez Groen, 4 nouveaux sur 8. A l’Open VLD, 5 sur 12. Au sp.a, le changement était déjà de mise dans la confection des listes. Beaucoup de députés sortants ne se représentaient plus. Et quelques députés qui siégeaient au Parlement flamand sont passés à la Chambre pour ce scrutin comme Yasmine Kherbache ou le président du parti, John Crombez.

La N-VA a aussi changé quelques visages

Sur ses 25 députés, 11 sont nouveaux. Mais certains ont déjà goûté à l’Europe comme Anneleen Van Bossuyt ou Sander Loones. D’autres ne font que redécouvrir la Chambre comme le bouillant Jean-Marie Dedecker qui a déjà été parlementaire VLD, Lijst Dedecker et désormais N-VA. Le parti nationaliste flamand est aussi allé chercher des personnalités qui n’avaient jamais eu de mandat. Comme Michael Freilich, le rédacteur en chef de la revue Joods Actueel et Darya Safai, militante des droits des femmes, belgo-iranienne, dentiste de profession. En revanche, au CD&V, sur 12 députés, le parti a perdu six sièges, il n’y a qu’une nouvelle élue dans le Limbourg, Nawal Farih.

Archives : Journal télévisé 27/05/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK