Renaix: des tags anti-wallons sur les vitrines de 60 magasins

La Grand-Place de Renaix
La Grand-Place de Renaix - © Google map

Le week-end dernier à Renaix, les vitrines d’une soixantaine de commerces ont été taggées avec des graffitis anti-wallons.

La proximité de la date des élections explique peut-être l’échauffement des esprits de certains flamingants car cette petite ville flamande de 25.000 habitants bénéficie depuis 1963 de facilités linguistiques pour ses habitants francophones sans que cela empoisonne les relations entre les deux communautés qui cohabitent à Renaix.

De l’aveu d’une des victimes, renaisienne de souche, cette attitude est incompréhensible et elle peut difficilement croire que ces actes soient le fait de gens du cru " je ne peux pas croire que c’est un Renaisien, on n’a pas cette mentalité, on est des vrais flamands mais on aime les wallons, on aime les francophones, on est bilingues. Dans notre façon de parler d’un Renaisien on commence une phrase en français, on la termine en néerlandais et entretemps on a déjà dit quelques mots de Renaisiens… ".

La Police de Renaix a ouvert une enquête pour essayer de trouver les coupables mais à ce stade les soupçons s’orientent vers des membres du Voorpost, un groupuscule flamingant qui milite pour la scission de la Belgique. Début 2013, plusieurs de ces extrémistes avaient manifesté à Renaix contre les facilités octroyées aux francophones.

Fabrice Gérard, Vincent Clérin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK