Remplacement des F16: sp.a, Ecolo et Groen demandent un gel de la procédure

Le F35 serait favorisé par le questionnaire envoyé aux constructeurs
Le F35 serait favorisé par le questionnaire envoyé aux constructeurs - © Alex R. LLoyd - BELGAIMAGE

Les députés de la commission Défense à la Chambre ont pu examiner le questionnaire envoyé aux constructeurs pressentis pour remplacer les avions de chasse belges. Plusieurs partis de l'opposition (PS, sp.a, Ecolo et Groen) soupçonnaient ce document de favoriser un candidat en particulier: l'avion de chasse américain F35. Ces soupçons se confirment à la lecture du questionnaire selon les socialistes flamands et Ecolo-Groen.

Les socialistes flamands et le groupe Ecolo-Groen défendront un gel de la procédure de remplacement des F16 tant que le ministre de la Défense Steven Vandeput n'aura pas remis son plan à dix ans pour l'armée Belge. Ce plan est attendu pour le mois d'avril. Il doit définir les grandes orientations stratégiques de la Défense.

Pour le sp.a, la procédure de remplacement des F16 a démarré trop tôt. "La vision à long terme de la Défense n'est pas encore écrite. Mais les études de marchés pour les avions de chasse ont déjà été envoyées. C'est le monde à l'envers", estime Alain Top, député fédéral sp.a. Les prospections de la Défense ont effectivement débuté en juin 2014.

La Défense a soumis un questionnaire à 5 constructeurs d'avions de chasse pour voir lequel remplirait le mieux les ambitions de la force aérienne pour remplacer les F16, après 40 ans de service. Les membres de la commission Défense souhaitaient pouvoir examiner ce questionnaire (appelé survey) afin de comprendre quelles étaient les exigences de la force aérienne. "Nous n'avons reçu le survey que le 7 janvier 2015. Et le ministre de la Défense refuse de nous transmettre les réponses des constructeurs", regrette Alain Top. "Il y a un manque flagrant de transparence dans la procédure." 

Le socialiste ajoute que ce questionnaire n'a jamais fait l'objet d'une décision politique. L'état-major de l'armée a rédigé ce questionnaire à la demande de l'ex-ministre de la Défense, Pieter De Crem. Mais cette demande n'a pas été soumise au conseil des ministres. Alain Top compare cette situation à une dictature militaire, "où les généraux décident pour le gouvernement quel matériel il faut acheter."

Dans un communiqué, le député Groen Wouter De Vriendt ajoute que poursuivre la procédure de remplacement rend inutile tout débat sur le futur de l'armée. "Remplacer les F16, c'est faire le choix d'une armée qui met la priorité sur les bombardements dans des conflits sévères. Toutes les autres tâches de notre armée (formations de troupes étrangères, déminages, intelligence...) seront relayées à l'arrière plan." Le groupe Ecolo-Groen demandera donc également un arrêt de la procédure.

"Un questionnaire taillé sur mesure pour le F35"

En plus de ce manque de transparence, Groen et le sp.a reprochent à la procédure d'être partiale. Selon le député Dirk Van der Maelen, "les ambitions affichées dans le survey mènent inévitablement à désigner le F35 comme successeur du F16". Le document ne permettrait en outre aucune comparaison objective entre les candidats et "occulte l'inconvénient majeur du F35: son prix exorbitant".

Le F35 comparé à un "coucou"

D'après des chiffres récoltés par le sp.a, le F35 est le plus cher des avions de chasse candidats au remplacement des F16. Selon les députés du SP.A, l'armée belge n'a pas les reins assez solides pour supporter un tel investissement et l'entretien du F35. Et Dirk Van der Maelen compare le F35 à un coucou. "Dès qu'il sera dans le nid, le F35 jettera les composantes terre et mer au pied de l'arbre".

Pour Ecolo-Groen, comme pour le sp.a, le maintien d'une capacité aérienne comparable à celle dont la Belgique dispose actuellement, quel que soit le modèle retenu, est un choix impayable pour l'armée belge. Les deux groupes défendent une spécialisation de l'armée belge dans la perspective du développement d'une Europe de la défense.

Baptiste Hupin

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK