Remplacement des F-16: tout comprendre en cinq questions

Les F-16 de la Défense
9 images
Les F-16 de la Défense - © YORICK JANSENS - BELGA

1. Pourquoi remplacer les F-16 ?

La Belgique a acheté des F-16 à partir de 1975, une cinquantaine de ces avions de combat sont en service actuellement. Leur fin de vie est estimée entre 2023 et 2029 (voir plus bas, question 4). En mars 2017, le gouvernement Michel a décidé de lancer un appel d'offre pour remplacer 34 de nos F-16 en fin de vie. Le montant initial de ce marché était évalué à 3,6 milliards d'euros, mais il pourrait coûter entre 15 et 18 milliards sur la durée de vie des futurs avions, soit 40 ans.

2. Quelle est la procédure de remplacement des F-16?

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) a lancé un appel d'offre de type "Request for Governemental Proposal", qui comprend le cahier des charges du successeur des F-16. Cet appel d'offre a été envoyé en mars 2017 à cinq agences étatiques. Le gouvernement belge veut en effet conclure un accord d'Etat à Etat (et pas un contrat avec un constructeur).

Les cinq candidats en lice étaient :

Le F/A-18F Super Hornet du groupe américain Boeing

Le F-35 Lightning du constructeur américain Lockheed Martin

Le Rafale F3R de l'avionneur français Dassault

L'Eurofighter Typhoon du constructeur britannique BAE Systems

Le Saab JAS 39 Gripen E/F du constructeur suédois Saab

Lire aussi : Avec le Gripen E, Saab veut rivaliser avec les géants de l'armement

Deux de ces candidats se sont retirés après quelques mois : Boeing et Saab. Quant aux Français de Rafale, ils n'ont pas respecté la procédure imposée par le gouvernement belge. Ils proposent néanmoins leur avion par le biais d'un "partenariat stratégique et économique".

3. Quels sont les deux (ou trois) candidats qui restent en lice?

Les dossiers sont étudiés par des comités d'expert de la Défense, qui remettront une note au ministre Vandeput. Le gouvernement devrait se prononcer définitivement en juillet 2018.

Le F-35 Lightning de Lockheed Martin

Cet avion est présenté comme le favori, dans la continuité du F-16. 

Prix à l'unité : entre 94 et 121 millions de dollars (entre 76 et 98 millions d'euros)

Retombées estimées en Belgique : Lockheed Martin met en avant ses partenariats avec des entreprises belges, dont la SABCA, la Sonaca et récemment Feronyl, mais aucun chiffre n'est avancé, ni en termes d'emplois, ni en termes de retombées économiques.

L'Eurofighter Typhoon

Cet avion est produit par BAE Systems, au nom d'un consortium de quatre pays européens (Royaume-Uni, Allemagne, Italie et Espagne).

Prix à l'unité : 126 millions de livres (144 millions d'euros) (développement et production)

Retombées estimées en Belgique: 19,3 milliards d'euros et création ou consolidation de 6785 emplois

Le Rafale F3F de Dassault

La validité de ce candidat est incertaine, puisque la France n'a pas respecté la procédure. Le gouvernement semble divisé sur l'offre française : alors que le ministre N-VA de la Défense Steven Vandeput est plus que réticent, le MR se montre plus sensible à l'offre de Paris. 

Prix à l'unité : entre 68 et 78 millions d'euros (production)

Retombées estimées en Belgique : la France promet 1500 emplois au travers d'un "partenariat stratégique"

4. Quelle est la longévité du F-16?

Pour justifier la demande de renouvellement des F-16, la Défense a toujours affirmé que le cap des 8000 heures de vol était la limite pour cet avion, et que cette limite serait atteinte vers 2023. C'est pourquoi, alors qu'il en avait déjà été question lors des législatures précédentes, le gouvernement Michel a enclenché la (longue) procédure de renouvellement en mars 2017. Le 26 avril 2017, la firme américaine Lockheed Martin a remis à la Défense une note selon laquelle l'avion peut rester en service 6 ans de plus. Mais cela se savait déjà au sein de l'armée dès l'été 2016, selon des échanges de mails révélés par la VRT. Cette information a été volontairement tue par des hauts responsables de l'armée, sous prétexte de "ne pas perturber le programme d'achat". Le ministre Vandeput a en tout cas affirmé qu'il n'était pas au courant.  

Il faut noter que certains F-16 ont déjà franchi le 8 juin 2017 le cap des 8000 heures de vol, au cours de l'opération Desert Falcon au-dessus de l'Irak et de la Syrie, selon la Défense.

5. La procédure d'achat va-t-elle être interrompue?

Les révélations selon lesquelles des hauts gradés de l'armée ont manipulé des informations sur la longévité du F-16 poussent l'opposition à demander de suspendre la procédure de sélection des avions. Mais ce scénario est peu vraisemblable : trois des quatre partenaires de la majorité se sont prononcés ce jeudi en faveur du remplacement des F-16. L'hypothèse de la prolongation des F-16 avait déjà été envisagée (et rejetée) en 2015, a rappelé le Premier ministre Charles Michel. Le timing prévu était que la décision soit prise avant l'été, mais le Premier ministre s'engage à ce qu'aucune décision ne soit prise par le gouvernement avant que "la clarté soit faite sur le processus de décision et les différentes options possibles".

Suite de laffaire des F-16 au JT du 22/03

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK