Remplacement des F-16: le gouvernement juge non-recevable la contre-offre française

L'avion français Rafale
L'avion français Rafale - © GEORGES GOBET - AFP

Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) estime non-recevable la contre-proposition de la France, qui défend son avion Rafale dans la course au remplacement des F-16 belges. Ce sujet était abordé ce mercredi matin en commission des achats militaires de la Chambre.

Une analyse juridique de la proposition du gouvernement français révèle qu'elle n'est pas recevable "car elle n'entre pas dans la procédure de marche public lancé le 17 mars".

Selon le ministre fédéral, si le gouvernement continue à "prendre en compte" la proposition française, il s'exposerait ainsi à de vives critiques. Cette déclaration laisse donc entendre que l'on se dirige bien vers un rejet de la proposition.

Erreurs de procédure

Une lettre de deux pages a été envoyée par la ministre française des Armées Florence Parly. Les neufs points mentionnés dans cette lettre ont été rédigés en français; il s'agit là d'une première erreur de procédure, le document devant être rédigé en anglais. Et, selon nos informations, le nom du ministre belge Steven Vandeput aurait même été écorché par son homologue française.

Du côté de l'opposition, plusieurs députés parlent de "mascarade" et de "simulacre de marché public".

Si le rejet de la proposition française n'est pas encore officiel, il semble que les Français soient hors jeu et que l'on se dirige vers un duel entre le F35 de l'américain Lockheed Martin et le britannique Eurofighter Typhoon.

Reportage du JT 19h30 de ce mercredi 4 octobre:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK