Remplacement des F-16 : le choix du gouvernement pour l'avion américain F-35 serait imminent

Remplacement des F-16 : le choix du gouvernement pour l’avion américain F35 serait imminent
Remplacement des F-16 : le choix du gouvernement pour l’avion américain F35 serait imminent - © MCSN NATASHA R. CHALK - AFP

Selon plusieurs sources, le gouvernement aurait fait son choix quant au remplacement des F-16. Ce choix se porterait sur l’avion de combat américain F-35 du groupe Lockheed Martin. Du côté du gouvernement, aucune annonce officielle. Mais elle serait imminente nous dit-on. Il reste au gouvernement - et en particulier au Premier ministre Charles Michel - à trouver la formule pour expliquer cette décision. "Le gouvernement cherche encore la formule qui permette d'assumer un choix américain", ont indiqué en substance plusieurs sources gouvernementales à l'agence Belga sous le couvert de l'anonymat.

Un choix américain plutôt qu'européen

Le gouvernement fédéral a lancé en mars 2017 la procédure de sélection d'un nouvel avion de combat - 34 appareils de "nouvelle génération", un marché d'une valeur initiale de 3,6 milliards d'euros, mais de 15 milliards d'euros sur la durée de vie de l'appareil, estimée à une quarantaine d'années.

Deux gouvernements ont répondu dans les règles à l'appel d'offres: les Etats-Unis, qui proposent le chasseur furtif de 5ème génération F-35 Lightning II du groupe américain Lockheed Martin, et le Royaume-Uni, qui promeut l'Eurofighter du consortium éponyme, rassemblant également l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie.

L'offre américaine, qui expirait formellement le 14 octobre - date des élections communales et provinciales en Belgique -, a été prolongée de deux semaines, jusqu'à la fin du mois d'octobre, selon une source informée.

Après deux conseils ministériels restreints ("kern"), l'un le 4 octobre et le second mercredi dernier, le gouvernement dispose de tous les éléments pour prendre une décision en pleine connaissance de cause.

"Le moins cher et le meilleur"

"Pourquoi choisir un autre appareil (que le F-35) que celui qui est le moins cher et le meilleur", a affirmé une source proche de la N-VA, le principal parti de la coalition gouvernementale, ouvertement favorable à l'avion de combat américain et hostile à la "proposition" française bâtie autour du chasseur-bombardier Rafale de l'avionneur Dassault.

Un raisonnement également entendu de la part du CD&V et l'ancien ministre de la Défense Pieter De Crem, qui n'a jamais caché sa préférence en faveur du F-35, alias "Joint Strike Fighter" (JSF), déjà choisi par une demi-douzaine de pays de l'Otan, en plus des Etats-Unis.

Mais d'autres considèrent, au contraire, que le F35 est sans doute le choix le plus cher pour la Belgique, principalement en raison des coûts d'utilisation et de maintenance de l'appareil.

Par ailleurs, l'avion a déjà connu des soucis techniques importants qui ne pourront pas toujours être présentés comme des maladies de jeunesse. Les F-35 ont encore été partiellement cloués au sol début octobre, suite au crash d'un appareil américain.   

"Une catastrophe" pour le député fédéral George Dallemagne

Pour le député fédéral Georges Dallemagne (cdH), si cette information devait être confirmée, ce serait : "une catastrophe pour la souveraineté stratégique de l’Union Européenne et pour l’industrie de la Défense européenne et wallonne".

"A la veille de la visite du président Macron en novembre, ce choix constituerait une gifle pour les relations franco-belges, et au-delà, pour tous ceux qui cherchent redonner du souffle à une Union Européenne ambitieuse", explique-t-il dans un communiqué. Georges Dallemagne parle également d'une "une gifle cinglante à l’égard de l’industrie wallonne et une défaite en rase campagne du MR à l’égard des nationalistes flamands".

Le député fédéral interrogera le ministre de la Défense ce mercredi en Commission de la Chambre, y compris sur le choix de l'achat des drones et des chars.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK