Remplacement des F-16: la réunion de la dernière chance pour le Rafale français?

Le rafale, souvent présenté comme le seul véritable concurrent du F35 risque bien d'être éliminé en raison d'un faux départ.
Le rafale, souvent présenté comme le seul véritable concurrent du F35 risque bien d'être éliminé en raison d'un faux départ. - © NICOLAS TUCAT - AFP

Le Premier ministre sera à Paris en fin de journée ce lundi. Il y rencontrera le Premier ministre français. Charles Michel et Edouard Philippe, flanqués de leurs ministres de l'Intérieur et de la Justice, parleront de la coopération franco-belge en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme. 

Mais en coulisses, il devrait aussi être question du remplacement des F-16 belges, pour lequel la France aurait souhaité un "partenariat stratégique" au sein duquel elle aurait fourni des avions "Rafale", construits par Dassault. Mais qui pose des problèmes juridiques à la Belgique...

La France tente de changer les règles du jeu

Rétroactes: tout commence à la Saint-Valentin. Ce jour-là, la Belgique s'attend à recevoir trois offres pour remplacer le F16. Une offre américaine, le F-35, une offre britannique, l'Eurofighter, et une offre française, le Rafale. Mais la France crée la surprise. Elle n'a pas répondu à l'appel d'offre. Du moins pas sous la forme exigée par la procédure.

La ministre des Armées française avait par contre envoyé dès septembre un courrier à la Belgique, une lettre dans laquelle elle propose de nouer un partenariat stratégique entre les deux pays, une collaboration qui va bien plus loin que la simple vente d'avion de chasse.

Mais des questions se posent sur la recevabilité de cette proposition. Un casse-tête juridico-politique que le gouvernement n'a pas encore résolu.

La frilosité de Steven Vandeput

Garant de la procédure de remplacement, le ministre de la Défense a toujours montré une certaine frilosité par rapport à cette proposition française. Dans la majorité pourtant, essentiellement au MR, certains insistent, sans trop y croire pour maintenir malgré tout le Rafale dans la course.

Mais le Rafale, souvent présenté comme le seul véritable concurrent du F-35 risque bien d'être éliminé en raison d'un faux départ.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK