Remplacement des F-16: "Aucune faute professionnelle", assure Steven Vandeput

La séance à la Commission défense sur le remplacement des F-16 a commencé vendredi par l'expression de mécontentement des partis de l'opposition concernant la convocation en 24h alors qu'il s'agit d'une période de vacances parlementaires. Le cdH Georges Dallemagne et l'Ecolo Jean-Marc Nollet notamment se sont dit surpris et en colère.

"Qu’est ce qu'il s’est passé dans votre tête? Quel ordre n’avez-vous pas suivi pour dire qu’une réunion serait organisée vendredi? (...) Qu’est-ce qui vous a empêché de nous transmettre le rapport dès le moment ou la convocation est partie?", a questionné Jean-Marc Nollet. 

L'opposition demande ainsi une réunion supplémentaire pour débattre des audits après que chacun ait pu les lire.

"Une feuille A4 c’est tout. C'est inacceptable.

Les audits ont été distribués en séance, un résumé de 7 pages dans lequel les noms ont été caviardés par respect de la vie privée.

"Une feuille A4 c’est tout. C’est tout ce que nous recevons de l’audit externe pour pouvoir poser des questions. C'est inacceptable. Je demande la suspension des travaux", s'est insurgé Dirk Van der Maelen (Sp.a).

Il demande d'ailleurs que le "lieutenant-colonel X" soit entendu sous serment par la commission de la Défense de la Chambre. Cet officier "lanceur d'alerte" aurait refusé de signer le procès-verbal de son audition dans le cadre de l'audit réalisé à la demande du gouvernement car il ne correspondrait pas à la réalité. Ce lieutenant-colonel avait insisté auprès de ses supérieurs pour que le rapport sur la possible prolongation de vie des F-16 soit transmis au cabinet du ministre de la Défense. Or, ceux-ci auraient refusé.

Les conclusions

Le rapport de l'audit externe précise que la procédure d'information a bien été respectée, que l'information ne devait pas être transmise au ministre de la Défense Steven Vandeput, ni au Général Compernol et qu'il n'y a aucune incidence sur le dossier d'appel d'offres en cours pour le remplacement des F-16.

Le dossier explique aussi qu'il n'y a pas eu de manœuvres délibérées pour retenir certaines informations au sein de l'état-major. "Aucune faute professionnelle" n'a été commise selon Steven Vandeput.

En ce qui concerne la durée de vie de la flotte, le rapport affirme que leur prolongation serait un risque et que les F-16 ne pourront plus exécuter de manière autonome toutes les missions de combat. 

L'étude de Lockheed "sans valeur"

Le dossier précise aussi que l'étude du groupe américain Lockheed Martin (le constructeur de ces appareils), qui validait la prolongation de certains F-16, est "une simulation sans valeur", complètement inutilisable qui ne s'applique pas à la flotte belge.

"La prolongation sans coûts supplémentaires de la flotte d'avions de combat F-16 n'est pas possible", a annoncé le ministre de la Défense, en citant des documents Lockheed Martin. 

Les rebondissements de ces dernières semaines n'auront donc "pas d'impact" sur le dossier de remplacement des F-16.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK