Réintégration des malades longue durée : les détails du plan de Maggie De Block pour les mutuelles

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) a signalé aux mutualités du pays qu'elles seront désormais incitées, financièrement, à pousser les malades de longue durée sur la voie de la réintégration du monde du travail.
La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) a signalé aux mutualités du pays qu'elles seront désormais incitées, financièrement, à pousser les malades de longue durée sur la voie de la réintégration du monde du travail. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) a signalé aux mutualités du pays qu'elles seront désormais incitées, financièrement, à pousser les malades de longue durée sur la voie de la réintégration du monde du travail. Une communication en ce sens a été envoyée aux mutuelles jeudi, rapportent L'Echo et De Tijd vendredi. Il s'agit d'une "réforme" du financement des mutuelles par l'Etat, qui vise à la reprise du travail pour les malades de longue durée. Une annonce accueillie très froidement par le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej, qui dénonce une approche malsaine, "comme si les gens faisaient le choix d'être malade."

Les malades de longue durée ne compteront plus comme équivalent d'"un membre et demi" dans le financement de la mutuelle, mais bien comme un membre ordinaire. Cela signifie que les mutuelles n'auront plus intérêt, financièrement, à compter beaucoup de malades de longue durée parmi leurs membres. Dans la même idée, la "prime" pour les travailleurs sans emploi sera aussi supprimée.

Par ailleurs, à partir de cette année, les mutualités seront "récompensées" ou "pénalisées" sur le plan financier, en fonction notamment du nombre de parcours de réintégration lancés, ou encore du nombre de leurs membres ayant effectivement repris le travail où dont la situation a été réévaluée.

25 millions pour récompenser les efforts des mutuelles

Dans un communiqué, le cabinet de Maggie De Block précise la répartition de l'incitant financier. Via une adaptation de la répartition des frais administratifs (un montant total de 1.053 milliard d'euros) entre les organismes assureurs, 25 millions sont isolés et répartis sur base des efforts des mutualités pour aider les malades longue durée à réintégrer le marché du travail.

"Nous allons mettre en place un système dynamique, et non plus statique, basé sur le nombre et le type de membres, précisent-ils. Nous introduisons un nouveau facteur qui est plus fiable pour évaluer si un membre a besoin de beaucoup de soins : un " poids " relativement plus lourd peut donc être justifié dans la répartition des coûts administratifs."

Au sein de ces 25 millions d'euros, les incitants financiers sont répartis selon trois parts:

  • 25% proportionnellement au nombre de trajets de réintégration entamés ;
  • 50% proportionnellement au nombre de membres qui ont repris le travail avec l'autorisation d'un médecin-conseil ;
  • 25 % proportionnellement au nombre d'examens cliniques effectués par le médecin conseil (réévaluation ciblée).

Face à l'augmentation drastique du nombre de malade longue durée durant cette décennie, le gouvernement actuel mise sur un accompagnement renforcé à la réintégration dans le monde du travail. "Les mutualités sont bien placées pour les aider, et nous voulons les encourager à jouer ce rôle du mieux que possible." La ministre de la Santé avait déjà réformé le processus de réintégration au travail des malades longue durée en 2017.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK