Région bruxelloise : si le seuil de 50 cas pour 100.000 habitants sur 7 jours est dépassé, le port du masque sera obligatoire partout

Le Conseil régional de Sécurité de la Région bruxelloise s’est réuni aujourd’hui au vu de l’augmentation des cas de coronavirus à Bruxelles. Ce Conseil rassemble les autorités régionales et les bourgmestres des 19 communes.

Ensemble, ils devaient étudier des mesures à prendre en vue de freiner la propagation du virus qui se répand dans la capitale. La commune la plus touchée est Saint-Gilles avec, selon les derniers chiffres, un taux de 70 cas pour 100.000 habitants. Seules les communes de Woluwe-Saint-Pierre et Watermael-Boitsfort sont sous le seuil d’alerte de 20 cas pour 100.000 habitants.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Rudi Vervoort (PS), le ministre-président bruxellois a rappelé toutes les mesures de précaution pour éviter la propagation du virus: "Respecter la distanciation physique, porter le masque, respecter les instructions permettant de remonter les chaînes de contamination et respecter la quarantaine si cela s'avère nécessaire".

Bientôt le port du masque obligatoire partout à Bruxelles?

Selon le ministre-président en Région bruxelloise, le nombre de contaminations s’élevait en moyenne la semaine dernière à 38 cas pour 100.000 habitants. Si ce nombre dépasse les 50 cas pour 100.000 habitants en 7 jours, alors le port du masque sera obligatoire dans toute la région. 50 cas par 100.000 habitants signifient une situation incontrôlée de propagation du virus selon les critères de Sciensano.

Rudi Vervoort se veut rassurant et explique que la situation bruxelloise n’est pas comparable à celle d’Anvers. Le ministre-président concède qu’il y a des "clusters" dans la Région mais que +-60% des cas positifs ne peuvent pas être reliés à ces "clusters".

La majorité des cas touche les 20-49 ans et la plupart sont en dessous des 30 ans. La maladie circule donc beaucoup parmi les jeunes. "Même si les cas graves de la maladie sont rares chez les jeunes, ils restent de possible transmetteur de la maladie. Il faudra être attentif à ce que la maladie ne se partage pas vers les populations plus fragiles, c’est un risque qu’on ne peut pas se permettre de courir", ajoute Rudi Vervoort.

"La hausse des hospitalisations reste contenue, elle progresse de façon beaucoup plus lente qu’au mois de mars. En 20 jours en juillet, en les hospitalisations ont doublé alors qu’en mars en 20 jours, elles étaient 50 fois plus importantes dans le même laps de temps donc nous ne sommes pas du tout dans la même proportion", explique le ministre-président

Rudi Vervoort n’a pas manqué de rappeler que cette recrudescence des cas n’est pas propre à Bruxelles : "Elle n’est pas particulière à Bruxelles, même si certains en font un point d’obsession quasiment clinique. Partout dans le monde ce sont les territoires à haute densité de population et donc dans les grandes villes. Il y a une situation particulière à Anvers mais on voit aussi qu’à Charleroi, Liège, Verviers ou Gand on assiste à une augmentation des cas plus importante".

Il affirme enfin que l’objectif en matière de test sera le doublement de la capacité d’ici septembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK