Réfugiés palestiniens : 4,5 millions d’euros de financement belge en plus pour l’UNRWA

La ministre de la Coopération au développement Meryame Kitir (Vooruit) a annoncé lundi que 4,5 millions d’euros seront libérés pour l’UNRWA, l’agence des Nations Unies de secours et de travaux pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient, lors d’une visite au camp de réfugiés de Baqa’a, en Jordanie.

Les moyens supplémentaires s’ajouteront aux 7 millions d’euros de soutien structurel de la Belgique. 3,5 millions seront réservés à des projets d’enseignement et un million sera destiné à une aide financière urgente aux réfugiés vivant sous le seuil de pauvreté. C’est le cas de près de 5000 personnes palestiennes à Baqa’a.

Incertitude financière

L’organisation onusienne a besoin de davantage de moyens, mais aussi de financements prévisibles, a souligné la ministre Meryame Kitir après sa visite. Ce que le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a confirmé : "nous ne savons jamais, en fin de mois, si on va pouvoir financer nos projets et payer nos 28.000 membres du personnel. C’est beaucoup d’incertitude pour les réfugiés, nos collaborateurs et les pays hôtes".

L’UNRWA a été établie par les Nations Unies en 1949, à la suite de la guerre israélo-arabe. L’organisation gère l’accueil, l’enseignement, les soins de santé, la protection sociale et l’octroi de microcrédits pour 5,7 millions de personnes palestiniennes réfugiées en Syrie, au Liban, en Jordanie ou présentes dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est.

En 2019, des rapports d’abus de pouvoir dans le chef de quelques hauts responsables de l’UNRWA avaient terni l’image de l’organisation, poussant des pays dont la Belgique à suspendre leurs financements. Après enquête et arrivée d’un nouveau commissaire général, le soutien avait repris fin 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK