Réforme des pensions: PS et PTB dénoncent la volonté de toucher aux chômeurs de plus de 50 ans

Le PS demande une réunion d'urgence de la commission des Affaires sociales de la Chambre. Le PTB promet d'introduire un recours auprès de la Cour constitutionnelle si une telle réforme, qualifiée de "vol pur et simple", devait voir le jour.
Le PS demande une réunion d'urgence de la commission des Affaires sociales de la Chambre. Le PTB promet d'introduire un recours auprès de la Cour constitutionnelle si une telle réforme, qualifiée de "vol pur et simple", devait voir le jour. - © Belga

Le PS et le PTB ont dénoncé mardi la volonté du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) et de la N-VA de toucher aux acquis des demandeurs d'emploi de longue durée âgés de plus de 50 ans. Le PS demande une réunion d'urgence de la commission des Affaires sociales de la Chambre. Le PTB promet d'introduire un recours auprès de la Cour constitutionnelle si une telle réforme, qualifiée de "vol pur et simple", devait voir le jour.

Actuellement, la loi prévoit que la pension de retraite de ces demandeurs d'emploi inoccupés depuis au moins un an est calculée sur la base de leur dernier salaire. Aux yeux des nationalistes flamands, le système n'incite pas les chômeurs âgés à retrouver du travail; ils retomberaient dès lors sur le tarif de base. "Comme d'habitude la N-VA attaque les chômeurs. Or, la situation est complexe. En effet, les travailleurs 'âgés' qui perdent leur emploi auront beaucoup de difficulté à en retrouver un", rappelle Elio Di Rupo qui dénonce la "double peine" qu'entend leur infliger la N-VA à travers une mesure qui semble "déjà décidée dans l'accord de juillet conclu par le gouvernement MR/N-VA".

Une "mesure inconstitutionnelle"

"Ce gouvernement vise les gens qui ont travaillé durement toute leur vie et qui ont été laissés sur le carreau à la fin de leur carrière", a dénoncé le président du PTB Peter Mertens. Ce dernier estime par ailleurs la mesure inconstitutionnelle alors que les concernés n'étaient pas au courant qu'on toucherait aux acquis lorsqu'ils ont été licenciés ou ont choisi la voie de la prépension.

Interpellée par son homologue du sp.a John Crombez, la présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten avait nié dimanche qu'une telle réforme avait été décidée par le gouvernement fédéral mais le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine en a assuré l'existence, précisant que les textes avaient été envoyés au Conseil d'Etat. Le cabinet du premier ministre Charles Michel a lui indiqué qu'ils avaient été envoyés pour avis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK