Réforme des pensions : Le système à points tue-t-il le principe de solidarité?

Daniel Bacquelaine (MR), ministre des pensions
Daniel Bacquelaine (MR), ministre des pensions - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

La FGTB l'affirme : la logique des points, à cumuler au long de la carrière et qui seraient convertis en argent à l'heure de la retraite, est une mauvaise piste. "Le système à points est un gadget que le gouvernement veut mettre en place qui n'a pas pour objectif d'améliorer la situation, mais au contraire de pouvoir faire des pensions une nouvelle valeur d'ajustement budgétaire pour demain", explique Robert Verteneuil, secrétaire général de la FGTB.

Il fait deux reproches principaux à cette piste : "C'est un système incertain : les gens ne sauront pas avant d'arriver à leur pension ce qu'il vont recevoir, et en plus, quand on rentre dans le détail, on voit bien que le gouvernement pourra, au gré d'une situation démographique, financière, économique, ajuster la valeur du point, et donc ajuster la valeur de la pension."

"Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain!"

Pierre Devolder est l'un des membres de la Commission des pensions et professeur à l'UCL. Selon lui, et selon les académiques au nom desquels il s'exprime, il faut pourtant avoir le courage de revoir entièrement le système, car le système de pensions actuel - qui date de l'après-guerre - ne peut pas supporter les réformes nécessaires. "Ce que le conseil académique veut faire, c'est proposer un système neuf, basé sur un contrat social, car c'est en ne faisant rien que l'on va avoir des problèmes." Mais il insiste : "Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Il faut clairement distinguer un système, une logique, des grands principes, et puis des modalités d'applications que l'on peut récuser."

Revisionnez ci-dessous l'extrait de ce débat entre Robert Verteneuil, secrétaire général de la FGTB et Pierre Devolder, membre de la Commission des pensions et professeur à l'UCL, dans Soir Première avec Arnaud Ruyssen.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK