Réforme bancaire: faut-il scinder les activités des grandes banques?

Il y a cinq ans (la crise de 2008) nos banques sont au bord du dépôt de bilan, sans l'intervention de l'Etat, Fortis, Dexia ou KBC auraient capoté.

Histoire d'assurer une belle rentabilité, nos institutions avaient, comme une seule banque, été séduites par le miroir américain aux alouettes. Les produits dérivés issus des subprimes américains, les fameux crédits immobilier pourris.

Comment éviter une telle catastrophe à l'avenir ?

En empêchant les banques de dépôt de spéculer pour compte propre. La solution la plus radicale serait donc de virer les activités spéculatives dans une entité 100 % différentes, c'est la scission pure et simple des actitivités.

Le député européen écolo, Philippe Lambrecht en rêve sans y croire : "Il n'y a pas aujourd'hui de majorité politique pour porter cela et donc la deuxième alternative, c'est une forme de cantonnement des activités des banques en une filiale qui fait banque d'affaire, une filiale qui fait banque de détails et en empêchant des flux financier de l'une à l'autre".

Même là-dessus, il n'est pas du tout certain qu'il y ait accord. La Banque nationale a été chargée de proposer des solutions, elle ne va pas vraiment dans ce sens. Il reste au ministre des Finances, Koen Geens, à dévoiler son projet. Ce pourrait être pour ce vendredi.

 

M. Visart

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK