Redu dit adieu au nouveau projet Galileo

Redu assurera la logistique et la gestion du système de satellites Galileo mais pas sa sécurité
Redu assurera la logistique et la gestion du système de satellites Galileo mais pas sa sécurité - © esa - BELGAIMAGE

En novembre dernier, la Belgique a posé sa candidature pour accueillir la sécurité du système de satellites européens Galileo. Le centre principal est installé à Saint-Germain-en-Laye et il fallait rapatrier sur le continent le centre de secours qui – Brexit oblige – ne peut rester en Grande-Bretagne. La décision vient de tomber: Redu loupe le coche.

Un projet qui tenait la route

La Belgique portait un projet qu’on disait séduisant. Redu abrite en effet déjà le centre de gestion de la flotte spatiale européenne. Les compétences technologiques existent donc sur place.
Cette nouvelle infrastructure – un investissement d’une 30aine de millions – aurait été pris en charge pour moitié par l’Etat. Wallonie et fédéral s’en étaient déjà répartis les montants. L’argent était donc là aussi. Cela n’a pas suffi.

Madrid l’emporte

Ce projet belge si séduisant échoue en 2ème position derrière celui porté par l’Espagne. Ce n’est pas un hasard, à entendre ceux qui le défendaient. Le centre de logistique et de maintenance déjà installé à Redu a probablement constitué plus un handicap qu’un atout. L’Europe aurait considéré qu’il fallait veiller à une répartition de ses infrastructures qui soit géographiquement plus équilibrée entre ses membres.

D’autres avantages

On notera toutefois que ce n’est sans doute pas la seule raison qui a fait pencher la balance. A Redu, il fallait encore construire – très vite – les infrastructures nécessaires. Madrid, en revanche, pouvait déjà compter sur des bâtiments existants qu’il faudra juste adapter. Ce qui coûtera moins cher. Et cet aspect-là a probablement pesé lourdement sur la sélection opérée par la Commission européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK