Razzia chez les Hells Angels, un réseau criminel de bikers

Des membres des Hells Angels à leur arrivée au tribunal correctionnel de Courtrai en janvier 2012.
2 images
Des membres des Hells Angels à leur arrivée au tribunal correctionnel de Courtrai en janvier 2012. - © Belga/Kurt Desplenter

Opération spectaculaire des forces de police vendredi matin : près de 200 policiers ont perquisitionné le gang de motards des "Hells Angels" dans une dizaine de villes du nord et du sud du pays.

Vendredi matin, la police fédérale a opéré pas moins de 10 perquisitions principalement dans la région de Mons. Leur but était de mettre un terme aux faits et gestes du "MC Nomads", l'antenne montoise des Hells Angels, un gang de motards d’envergure internationale, considéré comme appartenant au crime organisé. Leur signe de ralliement est cet insigne à la tête de mort bien distinctif.

Au bilan de l’opération, 11 suspects ont été interpellés, 6 placés sous mandat d'arrêt. Pour les autorités belges, il fallait agir car l'antenne montoise du gang commençait à posséder un pouvoir inquiétant, de niveau national et international. Selon Christian Henry, procureur du Roi  de Mons, "Le ‘patron’ mondial des Hells Angles a rendu visite dernièrement au chapitre de Mons, un signe de reconnaissance pour le groupe local. C’est quelqu’un qui ne se déplace pas n’importe où, c’est donc un signe fort qui avait été donné.

Des faits de plus en plus graves

L'enquête avait débuté sur des faits de racket, mais le dossier judiciaire a gonflé très vite quand la police a pris connaissance de l'existence d'une plantation industrielle de cannabis, mais aussi et surtout de violences graves. Deux novices des Hells Angels se sont ainsi retrouvés à l'hôpital, l'un pour une fracture de la mâchoire, l'autre pour une oreille coupée.

"Là on s’est dit qu’on ne pouvait plus se contenter d’observer et de compter les coups et qu’il fallait intervenir très vite. C’est ce qui a précipité l’intervention de ce vendredi ", poursuit Christian Henry.

Les faits de tortures sont évidents, mais les autorités craignaient surtout que ces violences finissent par un homicide. Depuis de nombreuses années, les Hells angels font l'objet de perquisitions. La nouveauté, c'est que ces perquisitions se voulaient  pro-actives : la justice a clairement voulu devancer la menace criminelle.

Danielle Welter et Delphine Simon

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK