Rassemblement FGTB: un millier de manifestants exigent un changement de cap du gouvernement

Un millier de personnes participent a ce rassemblement.
Un millier de personnes participent a ce rassemblement. - © Marc Sirlereau

Les militants de la FGTB se rassemblent ce vendredi midi sur la place de la Monnaie à Bruxelles pour exiger un changement de cap du gouvernement.

Modération salariale, travail flexible, mesures d'économie dans les allocations sociales, le non-marchand et le service public: ce sont autant de mesures que la FGTB conteste, estimant que ce sont toujours les mêmes recettes, et qu'elles épargnent en général les plus riches. Le syndicat réclame plus de justice sociale et fiscale. 

De l'emploi précaire

Un millier de personnes participent à ce rassemblement. Parmi eux, Marc, originaire du Brabant wallon, travaille dans la distribution. Pour lui, la situation économique se dégrade pour les travailleurs. "On le sent bien, il y a des restructurations partout, déplore-t-il. Il n'y a qu'à ouvrir le journal, écouter les messages relayés par les médias, c'est tous les jours. Lorsqu'on parle de création d'emploi tous les jours, parce qu'on emploie une centaine d'étudiants dans les magasins chaque jour, c'est vrai, mais c'est de l'emploi très précaire! C'est pour un ou deux jours".

Quand le gouvernement dit que la situation est meilleure qu'avant, Marc est sceptique. "On ne sent pas vraiment l'amélioration, constate le manifestant. On nous dit qu'on a plus de de salaire-poche, mais par le biais des augmentations de TVA, de l'augmentation du prix des médicaments qui sont moins remboursés, cela met à mal tout notre système de solidarité pour l'ensemble des travailleurs".

On va être à la merci du patronat, encore et toujours plus

Natacha, une autre manifestante, travaille également dans le secteur de la distribution, s'inquiète au sujet des conditions de travail. "Quand on a une entreprise structurée syndicalement, on arrive encore à gérer les conditions de travail, admet-elle. Mais cela ne va plus se passer comme cela puisque la loi Peeters a été signée. Maintenant, on va devoir être flexibles à mort, on va devoir travailler 45 heures,... On va être à la merci du patronat, encore et toujours plus". 

Ce rassemblement est une action unilatérale du syndicat socialiste, les autres syndicats n'y participent pas. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir