Rapprochement statut ouvrier-employé: les entreprises se positionnent

Pieter Timmermans (FEB)
Pieter Timmermans (FEB) - © Belga

Le rapprochement des statuts ouvrier-employé est toujours en panne, faute d'accord entre patrons et syndicats: c'est désormais le gouvernement qui devrait avancer une proposition, sans doute pas avant le 1er mai. Il ne restera alors que deux mois avant la date butoir du 8 juillet pour éliminer les discriminations entre le statut des ouvriers et celui des employés, comme le requiert un arrêt de la Cour Constitutionnelle.

Côté syndical, on mobilise: rencontre des partis pour la CSC dès lundi, journée d'action nationale jeudi pour les centrales employés et la FGTB. Les entreprises elles-aussi se positionnent en force. Et c'est d'une seule voix qu'elles défendent leurs propositions: il y a urgence, il faut une solution mais pas à n'importe quel prix.

Pour les entreprises, pas question de rapprocher les statuts en coupant la poire en deux. Pieter Timmermans (FEB) estime que cela coûterait entre 2 et 4% au niveau des coûts salariaux. "Nous croyons vraiment que des milliers et des milliers d'ouvriers vont perdre leur emploi: nous ne voulons pas cela !"

Les entreprises formulent donc leurs propres propositions. Les délais de préavis rejoindraient la moyenne européenne. Vincent Reuter (Union wallonne des entreprises) explique que le système part de la volonté de s'aligner avec les concurrents directs en Europe. 

Pour 20 ans d'ancienneté, par exemple, la moyenne européenne se situe entre quatre et cinq mois de préavis. "Au niveau sectoriel, on peut même doubler cela: soit on prolonge le préavis, soit -et c'est notre idée- on investit plus dans la formation, dans le 'outplacement', etc.", précise Pieter Timmermans. 

Pour le jour de carence, les patrons ne tranchent pas. Ils laissent le point à la négociation. Ces propositions n'étaient pas totalement inconnues mais elles ont été affinées. Elles sont aujourd'hui avalisées et portées désormais officiellement par toutes les fédérations patronales.

Marie-Paul Jeunehomme

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK