Rapport français: André Flahaut répond aux critiques venues de Flandre

Bart De Wever met en cause la présidence d'André Flahaut, dont des propos repris dans un rapport parlementaire français irritent le président du parti nationaliste
2 images
Bart De Wever met en cause la présidence d'André Flahaut, dont des propos repris dans un rapport parlementaire français irritent le président du parti nationaliste - © BELPRESS

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a mis en cause mercredi André Flahaut (PS) et le mandat de président de la Chambre qu'il exerce. Selon le dirigeant des nationalistes flamands, la contribution du socialiste francophone au rapport des députés français sur la situation de la Belgique s'apparente à une rhétorique "purement FDF". Le CD&V veut, lui, des excuses. André Flahaut a répondu en début de séance jeudi après-midi à la Chambre.

Dans le rapport en question, André Flahaut affirme notamment que "tout l'appareil de l'Etat est flamandisé, ce qui est le résultat d'une stratégie concertée de mise en œuvre sous l'égide d'un parti dominant". Il qualifie aussi de "déni de démocratie" la non-nomination de trois bourgmestres de la périphérie bruxelloise. "Si c'est ça que pense André Flahaut, qu'il nous le dise en face. Le PS dit qu'il veut unir le pays pour ensuite traiter les Flamands d'égoïstes. (...) Le PS chante son amour pour le mariage belge mais, derrière le dos des Flamands, vient dire que son partenaire est fasciste, raciste et égoïste", a déclaré Bart De Wever dans les colonnes du quotidien "De Morgen". Le président de la N-VA s'interroge sur la place occupée par André Flahaut à la présidence de la Chambre. "Je pense que le bureau de la Chambre peut vraiment mettre en question sa position".

André Flahaut doit s'expliquer et, le cas échéant, présenter des excuses a demandé de son côté le chef de groupe CD&V de l'assemblée, Raf Terwingen.

"Ses déclarations sont inappropriées et ne sont pas correctes. Nous estimons qu'il doit s'expliquer et, le cas échéant, présenter ses excuses", a-t-il déclaré sur les ondes de la VRT.

Recadrage

Le président de la Chambre, André Flahaut, a expliqué jeudi au début de la séance plénière que les déclarations qu'il a faites à 2 députés français et qui font polémique datent de l'été 2011 alors qu'on était toujours dans une période d'affaires courantes et qu'il n'y avait pas encore d'accord institutionnel.

Les déclarations d'André Flahaut ont été évoquées au début de la séance plénière de la Chambre jeudi après-midi mais Raf Terwingen n'est pas intervenu dans ce débat.

C'est surtout le chef de groupe N-VA, Jan Jambon, qui a demandé des explications tout comme Gerold Annemans (VB) et Stefaan Van Hecke (Groen).

André Flahaut a rappelé qu'il avait fait ces déclarations alors qu'on était encore en négociation.

"Depuis qu'il y a un accord institutionnel et un accord de gouvernement je n'ai plus fait de déclaration et je ferai tout mon possible pour que le débat sur la réforme de l'Etat permette à chacun de s'exprimer", a dit le président de la Chambre.


T.N. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK