Rapatriement d'enfants depuis la Syrie: Maggie De Block refuse d'accueillir les mères

Mercredi dernier, un juge des référés bruxellois avait contraint l'Etat belge à devoir rapatrier 6 enfants, de 0 à 6 ans, nés de mères belges, Tatiana Wielandt et Bouchra Abouallal, toutes les deux originaires de Borgherhout (Anvers) qui avaient fait le voyage jusqu'en Syrie avec leurs époux, aujourd'hui morts. Les deux femmes ont été arrêtées, les enfants, selon l'avocat des deux femmes, sont en sous-alimentation sévère. 

La justice avait donc contraint la Belgique d'organiser un rapatriement de ces six enfants, dans un délai maximum de 40 jours, sous peine d'astreinte de 5000€ par jour de retard et par enfant (avec un plafond fixé à un million d'euros).

Ne pas rapatrier les mères

Sur la plateau du JT de VTM, ce dimanche, la ministre en charge de l'Asile et la Migration Maggie de Block (Open VLD), annonce qu'elle va interjeter appel de la décision du juge des référés. La ministre indique, sur Twitter, que "les femmes de l'Etat islamique ne méritent pas notre empathie. Il n'y a pas de place pour elles dans notre société." 

Sur son site, la libérale estime que les enfants n'ont pas à être "punis" pour les actes de leurs parents, qu'il faut "tout faire pour aider ces enfants. Qu'ils viennent dans notre pays, je peux encore l'accepter. (...) Mais nous allons en appel contre l'obligation de rapatrier les mères."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK