Raoul Hedebouw (PTB): "Le gouvernement veut instaurer une pension-tombola"

Raoul Hedebouw (PTB) sur le plateau de Matin Première
Raoul Hedebouw (PTB) sur le plateau de Matin Première - © Tous droits réservés

Le député fédéral Raoul Hedebouw (PTB) était l’invité de Matin Première. Il qualifie le projet de réforme des pensions de "pension-tombola" et défie le premier ministre de trouver des "fake news" dans les déclarations du PTB.

Les élections communales approchent, mais Raoul Hedebouw ne compte pas occuper la tête de liste à Liège, il souhaite laisser la place aux autres. Son objectif le plus important étant les élections fédérales. "Il faut diversifier les porte-paroles. Il n’y a pas que Raoul au PTB", a-t-il déclaré.

Est-ce que le PS et Ecolo veulent la rupture avec cette austérité européenne ?

Selon Raoul Hedebouw, le PTB n’est pas prêt à faire partie d’une alliance de gauche à n’importe quel prix. "Nous ne voulons pas répéter l’erreur d’Ecolo en 1999 et en 2009 dans la participation aux gouvernements fédéral et régional. Qu’a changé Ecolo ? Rien du tout !", a-t-il lancé.

Il ne veut par exemple pas appliquer tous les traités européens. Le PTB souhaite la socialisation des moyens de production énergétique, comme Electrabel, pour la transition énergétique. Si les autres partis acceptent cette proposition, le parti est prêt à faire un bout de chemin.

Le personnage emblématique du PTB appelle ensuite à la "désobéissance réglementaire" au niveau européen : "On doit avoir une rupture avec ces lois européennes. Au nom de l’Europe, on a voté la chasse au chômeur, l’austérité budgétaire, la privatisation des services publics... Est-ce que le PS et Ecolo veulent la rupture avec cette austérité européenne ?"

Il estime que le peuple de gauche a connu depuis 25 ans des partis "qui se revendiquent de gauche, qui appliquent des mesures de droite" : "Contrairement au PS, nous ne voterons pas de chasse aux chômeurs au nom de coalition dans le futur."

Le gouvernement, ce géant aux pieds d’argile

Sur la question des pensions, Raoul Hedebouw a déclaré que le gouvernement était très mal à l’aise: "C’est un géant au pied d’argile: le plus grand service que Daniel Baquelaine a rendu au social c’est de mettre sur pied le site mypension.be. Depuis, des centaines de milliers de Belges ont vu combien ils allaient toucher pour leur pension et se rendent compte que ce ne sera pas suffisant."

Selon l’homme fort du PTB, les points seront convertis à la fin de la carrière et varieront en fonction du budget de l’État, du coût de la vie et de l’espérance de vie. "C’est une pension-tombola. Je défie le premier ministre de me dire en quoi le PTB a donné une fake news. Je me base sur le texte de la déclaration gouvernementale."

À la suite des manifestations de ce mardi, il lance un appel: "Il faut continuer à se mobiliser. Nous allons faire reculer le gouvernement."

Publifin, un an après : rien n’a changé

Un an après le scandale Publifin, Raoul Hedebouw trouve que rien n’a changé : "Stéphane Moreau est toujours là. Finanpart est toujours là."

Il plaide pour un retour vers un pôle public avant de conclure: "Les intercommunales, ce sont des privations larvées. Derrière l’intercommunale Publifin, il n’y a que du privé et pour changer la situation, on a mis des millionnaires dans le conseil d’administration."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK