Rajae Maouane (Ecolo) : "La solidarité, c'est ce qui va nous permettre de sortir ensemble de cette crise."

Les élèves de maternelle et de primaire pourront retourner à l'école respectivement les 2 et 8 juin. Interrogée sur La Première, la coprésidente d'Ecolo Rajae Maouane "pense que c'est une bonne nouvelle pour les enfants puisque cela a été recommandé par certains spécialistes de rouvrir les écoles. Il faut aussi entendre l'inquiétude de certains parents et certains enseignants, puisque les enseignants sont en première ligne. Mais il faut que cela soit bien préparé, bien anticipé avec tous les acteurs concernés pour que cela se passe au mieux pour les enfants, pour les parents et pour les enseignants".

Par rapport aux réticences d'une partie du corps enseignant, Rajae Maouane explique : "C'est clair qu'il y a un côté insécurisant, puisqu'il y a des réadaptations permanentes, cela manque parfois de vision vers où on va. C'est pour cela que la circulaire de mise en application de ces mesures n'est pas contraignante".

"On n'est pas tous égaux face au confinement"

"La solidarité, c'est ce qui va nous permettre de sortir ensemble de cette crise. On n'était pas tous égaux face au confinement, c'était plus difficile dans certains quartiers densément peuplés. C'est important d'avoir de la cohérence dans les décisions prises, et surtout de l'adhésion. Si la population n'est pas d'accord avec les décisions prises, c'est plus difficile de les faire appliquer. Il faut prendre des décisions cohérentes, avec une communication claire pour avoir cette adhésion de la population. Il faut faire des choix pour qu'on ne retrouve plus les inégalités observées pendant le confinement", poursuit-elle.

Incohérences

Dans le plan de déconfinement, Rajae Maouane pointe "plein de petites incohérences qu'il convient de corriger : on a permis d'aller dans les résidences secondaires mais on n'a pas permis les excursions d'une journée, on peut s'asseoir dans les plaines de jeux mais pas dans le parc qui se trouve à côté".


►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus


L'horeca est un des secteurs les plus touchés par la crise du coronavirus, souligne Rajae Maouane : "Cela a été un des premiers à fermer, cela sera probablement un des derniers à ouvrir". Ecolo appelle à une coalition nationale, qui dépasserait tous les partis, afin de défendre ce secteur. "La crise nous a montré qu'il faut dépasser les clivages politiques. On défend le gouvernement fédéral de l'extérieur parce qu'on a besoin de toutes les bonnes volontés pour arriver au-delà de la crise".

"Ce serait impensable de repartir avec les mêmes ingrédients"

La crise de coronavirus a aggravé les problèmes budgétaires, que ce soit au niveau fédéral ou à celui des Régions. Mais pour autant, il ne faut pas sacrifier les ambitions environnementales, conclut Rajae Maouane : "Même si la crise climatique a été mise au second plan, elle est importante aussi. Les solutions sont pareilles : on prône la relocalisation, davantage d'économie circulaire. Les recettes sont les mêmes et on peut s'y retrouver. La question des budgets, ce sont des choix politiques qu'il va falloir poser. Ce qui s'est passé est historique. Ce serait impensable de repartir avec les mêmes ingrédients, il faudrait vraiment redéployer une économie pour avoir une société beaucoup plus résiliente".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK