Radicalisme: l'école est-elle une cause ou un remède ?

Radicalisme: l’école est-elle une cause ou un remède ?
Radicalisme: l’école est-elle une cause ou un remède ? - © JEFF PACHOUD - IMAGEGLOBE

Alors que le niveau d’alerte est de 3 sur une échelle de 4, qu’un festival du film a été annulé à Tournai pour cause de menaces, alors que des personnalités politiques et d’autres sont menacées elles aussi, que la liberté d’expression est toujours en débat suite à la nouvelle une de « Charlie hebdo » qui fait polémique… la lutte contre le radicalisme est plus que jamais d’actualité.

Pour réagir à l'émission cliquez ici.

11 :25 Revu et corrigé

Le nouveau duo formé par Florence Hainaut et Alain Gerlache décortiqueront l'actualité en compagnie de Pierre Kroll, Béatrice Delvaux (Le Soir) et Francis Van de Woestyne (La Libre). L’émission sera pimentée par les images sélectionnées par Kevin Dero, qui a vu ce que vous n’avez peut-être pas vu, ou alors pas comme ça.

11:55 Mise au Point

"Dans une classe de religion islamique 24 doigts sur 25 se sont levés pour dire que les attentats de Paris contre Charlie hebdo comportent des zones d’ombre, voire qu’il y a complot" nous raconte une prof de religion islamique. Pourquoi en est-on là ? Beaucoup de jeunes musulmans se sentent insultés par la nouvelle une de Charlie Hedbo… des musulmans manifestent contre des caricatures mais pas contre des actes de terreur. Face à tout ça, la question du rôle de l’école se pose. Que faut-il faire? Pourquoi et comment en est-on arrivé là?

L’école a-t-elle mené à une sorte d’échec de l’intégration?

Echec scolaire, écoles ghettos, intégration, interculturalité, est-ce que l’école a fabriqué ces jeunes radicaux? L école est-elle une des causes du radicalisme? Fait-elle partie du problème ou de la solution? L’éducation doit elle se réformer pour intégrer? L’école citoyenne c’est quoi? Comment ça marche? Quelle sont les bonnes pratiques?

Faut-il supprimer les cours de religion? Résumer toute la problématique à la suppression du cours de religion n’est-il pas naïf, voire inefficace? Pourquoi faut-il une autre approche religieuse? L’école doit-elle laisser le champ du religieux au privé? Quitte à laisser la place aux prédicateurs salafistes, aux risques de l’obscurantisme? Peut-on confier à l’école une sorte de rôle de prévention contre le radicalisme?

Quel rôle doit jouer l’école dans le vivre ensemble, dans l’interculturalité? N’est-ce pas trop attendre de l’école? Peut-on continuer à séparer les élèves en fonction de leur conviction? Les musulmans d’un côté, les catholiques et les juifs de l’autre? Au sein d’une même école, ou entre écoles de l’enseignement libre ?

Bref comment prévenir le radicalisme et quel est le rôle que peut jouer l’école dans la prévention? Ce sera le thème d’un débat très attendu où Baudouin Remy a invité

Joëlle Milquet – CDh Ministre de l’enseignement

Françoise Schepmans – MR – bourgmestre de Molenbeek

Faouzia Hariche – Ps Echevine de l’enseignement – Ville de Bruxelles

Bruno Derbaix – professeur de religion - citoyenneté - Ecole Sainte Famille- Schaerbeek

Caroline Sägesser – Observatoire des religions et de la laïcité – ULB

Etienne Michel – Directeur général – secrétariat général de l’enseignement catholique

Radouane Attiya – Professeur de religion islamique – Chercheur ULG

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK