Rachat des années d'études : le délai d'attente est très long

Rachat des années d'études: le délai d'attente est très long
Rachat des années d'études: le délai d'attente est très long - © Tous droits réservés

Racheter des années d’études ? C’est possible depuis décembre 2017, et cela permet de comptabiliser ces années dans votre carrière, ce qui augmente votre pension finale. Intéressant donc, pour certains. Sauf que, visiblement, il y a du retard pour répondre du côté de l’administration des pensions. La période d’attente est d’environ un an.

Le texte entré en vigueur en 2017 permet aux salariés, fonctionnaires, ou indépendants de racheter leurs années d’études, en tout ou partie. Précision : il ne s’agit pas d’accélérer leur départ à la pension, mais bien d’augmenter le montant futur de la pension. De 200 à 300 euros brut annuels.

Il faut cependant se montrer prudent lors du calcul de votre rachat, car le montant de celui-ci varie en fonction de la période à laquelle vous avez étudié. Effectivement, il tourne autour des 1500 euros (jusqu’à fin 2020) pour des études clôturées il y a moins de dix ans. Si vos études se terminaient avant cela, il est plus cher.

Pour y voir clair, mieux vaut contacter l’administration des Pensions. Mais c’est là que ça coince : l’administration est débordée. La démarche de rachat prend des mois, parfois plus d’un an. Sur 22.000 demandes, fin août, seuls 7000 personnes avaient reçu une réponse et si on décompte les refus de l’administration, les annulations des demandeurs, près de 12.000 dossiers restaient donc en attente. Et la liste s’allonge. Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine confirme et rappelle que le gouvernement a débloqué un budget pour recruter des fonctionnaires : il a promis de vérifier si les effectifs suffisent pour traiter les dossiers. Le ministre a également souligné la complexité de la tâche, qui consiste notamment à vérifier l’authenticité des diplômes soumis.

Au total, l’opération devait rapporter 80 millions d’euros par an, mais jusqu’à présent 20 millions sont rentrés dans les caisses de l’Etat. Ceci explique peut-être cela.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK