Quotas Inami de médecins: le ministre Marcourt, "outré par la gestion de Maggie De Block"

Sur les ondes de Matin Première ce matin, Maggie De Block demandait qu'un verrou supplémentaire soit ajouté à l'accès à la profession de médecin en Fédération Wallonie Bruxelles. Elle a expliqué qu'elle ne donnerait plus de numéro Inami supplémentaires si le nombre de médecins diplômés en FWB est supérieur au quota. Pour la ministre fédérale de la santé, le filtre instauré en FWB doit être plus performant. La mise en place d'un examen d'entrée n'a pas suffi, selon elle. "J’ai toujours dit qu'instaurer un filtre n'était pas suffisant et qu'il fallait que ce filtre soit efficace, avance Maggie De Block. Ici, on a laissé passer le double de médecins dont on a besoin".

Jean-Claude Marcourt se dit outré

"On ne peut qu'être outré par la manière dont Madame De Block traite ce dossier depuis des années. Nous avons aujourd'hui une situation majeure de pénurie. Nous formons énormément d'étudiants non-résidents. Et aujourd'hui alors que nous avons cette pénurie, madame De Block veut, uniquement pour des raisons communautaires et électorales, sanctionner une nouvelle fois les francophones".

Maggie De Block admet qu'il y a une pénurie de médecins généralistes. Mais pour elle, c'est un problème à régler via des sous-quotas qui ne dépendraient pas du gouvernement fédéral. "C'est dans leurs mains (ndlr: du gouvernement de la FWB) de définir combien de médecins généralistes et combien de spécialistes doivent être diplômés. Les francophones ont trop de médecins, mais pas assez de généralistes. En Flandre, 40% des médecins ont été formés chaque année en généraliste, alors il y en a presque assez. Mais en Wallonie, par contre, on est à 23-27%. Ce n’est pas suffisant".

Du côté du ministre Marcourt, on estime avoir chaque fois répondu aux demandes du gouvernement fédéral. "Nous avons proposé au gouvernement fédéral un concours qui fixait le nombre de manière impérieuse. Le gouvernement fédéral n'a pas tenu ses engagements. Il a demandé que nous organisions un examen d'entrée. Ce que nous avons fait". La déclaration de Maggie De Block est ressentie comme une exigence de plus. "Le problème aujourd'hui, c'est que les quotas de numéros Inami sont insuffisants et ne permettront pas de remplacer les médecins qui partent à la pension".

Le ministre Marcourt lance un appel au premier ministre Charles Michel

"Je pense qu'il faut réinstaurer un véritable dialogue, et pour moi, le premier ministre Charles Michel devrait reprendre le dossier et assurer la défense des francophones".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK