Qui veut encore devenir Premier ministre ?

Qui veut encore devenir premier ministre?
Qui veut encore devenir premier ministre? - © Tous droits réservés

Qui veut encore devenir Premier ministre ?

Côté francophone, en quelques semaines, la liste s’est fortement réduite.

Au MR, Charles Michel et Didier Reynders ont choisi de partir à l’Europe.

Et au PS, Elio Di Rupo est devenu ministre-président wallon et a priori, même si tout est toujours possible, personne n’imagine qu’il quitte le bateau dans quelques mois pour reprendre le chemin du 16, Rue de la Loi.

Quant à Paul Magnette, son choix semble arrêté aussi. Il sera le nouveau président du PS et toujours à la tête de la ville de Charleroi.

La N-VA n’a plus de candidat

Personne ne peut prédire à ce stade, la présence ou pas de la N-VA au sein du prochain gouvernement fédéral. Mais, même si le poste de Premier ministre fait très très peu rêver au sein du parti nationaliste flamand, avant les élections du 26 mai, Jan Jambon expliquait qu’il était prêt à jouer un rôle au niveau fédéral. Mais c’était surtout une manière pour la N-VA de partager les rôles entre Bart De Wever et Jan Jambon.

De Wever jouait alors la Flandre et Jambon, le fédéral. Mais qui pouvait croire que Jan Jambon rêvait d’être Premier ministre ? Poser la question, c’est déjà y répondre. En attendant, maintenant qu’il est devenu ministre-président flamand, il ferme définitivement cette possibilité. Et Bart De Wever ne rêve sûrement pas non plus d’accéder au 16, Rue de la Loi.

Au CD & V, le choix s’est fortement réduit

Depuis la désignation des ministres flamands, beaucoup de portes se sont refermées chez les chrétiens-démocrates flamands. Wouter Beke, en premier lieu, souvent cité comme potentiel futur premier, il a préféré devenir numéro 2 du gouvernement flamand. Autre nom parfois évoqué : Hilde Crevits, très populaire en Flandre, qui incarne l’aile gauche du parti. Mais, elle aussi, a choisi de rester au gouvernement flamand.

Kris Peeters, pressenti il y a 5 ans pour devenir Premier ministre, a depuis passé son tour et est devenu député européen. Reste Koen Geens. Ministre des Finances dans le gouvernement Di Rupo, il est aujourd’hui ministre de la Justice. Ses atouts : une expérience politique et un parfait bilinguisme.

A l’Open VLD, De Croo est dans la course

Le choix d’Alexander De Croo est clair, il veut rester au fédéral. Il est ministre depuis 2012 et lui, aussi, est parfait bilingue.

Un autre nom parfois cité, celui de Gwendolyn Rutten. Présidente de l’Open VLD depuis 2012, elle veut et va quitter la tête de son parti.

Mais ces dernières heures, elle était encore citée comme possible ministre au gouvernement flamand. Ce ne sera pas le cas mais visiblement, l’idée lui plaisait. Bref, et c’est tout le paradoxe du moment, côté flamand, on ne se bouscule plus pour occuper le poste de Premier ministre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK