Qui sont les deux candidats finalistes à la présidence du MR?

Les votes pour la présidence du MR viennent d'être dépouillés: sur cinq candidats, Georges-Louis Bouchez et Daniel Ducarme sont les deux seuls à passer continuer au second tour. Qui sont-ils? 

Georges-Louis Bouchez: des débuts très précoces

Georges-Louis Bouchez ne laisse personne indifférent. Soit les gens l'aiment, mettant en avant son côté brillant et intelligent. Soit ils ne l'apprécient pas, lui reprochant son côté clivant et suffisant. Les idées, il n'en manque pas non plus. "Dix à la minute", déroutant parfois ses interlocuteurs. Et surtout, il adore pouvoir les défendre notamment face à un public plutôt hostile. 

A 20 ans, Georges-Louis Bouchez est déjà candidat aux élections communales dans sa ville de Mons. Mais il n'est pas élu. 6 ans plus tard, en 2012, sa carrière prend son envol. Tête de liste MR, il obtient 2550 voix et sa liste décroche 8 sièges. Mais la liste PS emmenée par Elio Di Rupo garde et de loin sa majorité absolue. Malgré tout, le MR qui est associé au PS depuis 2000, reste dans la majorité communale et Georges-Louis Bouchez obtient le poste d'échevin des Finances. Une cohabitation difficile et tendue entre Georges-Louis Bouchez et l'ensemble des mandataires socialistes, emmenés par le bourgmestre Elio Di Rupo. Le 19 avril 2016, c'est la rupture. Le PS rejette le MR dans l'opposition à cause du "comportement non collégial", dit-on côté socialiste, de l'échevin libéral. Pour lui, c'est une claque. Surtout qu'il vient de perdre quelques jours plus tôt son mandat de député wallon. Il était le suppléant de Jacqueline Galant et lorsqu'elle doit démissionner de son poste de ministre, elle reprend son mandat de députée. Entre les deux, c'est très tendu. 

Admiratif de Nicolas Sarkozy, Georges-Louis Bouchez apprécie aussi beaucoup Emmanuel Macron et sa campagne présidentielle de 2017. Et pour les élections communales de 2018, il veut innover. Sa liste ne portera pas le sigle MR mais Mons en Mieux. Georges-Louis Bouchez veut une liste d'ouverture, de rassemblement. Et pour y arriver, il va entre autres chercher Opaline Meunier au CDH, un ancien conseiller communal Ecolo et un ancien bourgmestre socialiste de Colfontaine. Sa liste décroche 11 sièges. Il obtient 4976 voix. Mais le PS emmené cette fois par Nicolas Martin garde sa majorité absolue. Et s'allie aux Verts. 

Pour Georges-Louis Bouchez, ces élections de mai 2019 sont l'occasion de marquer le coup et de devenir député sans passer par la case "suppléant". Il est le délégué général du parti et il est désigné porte-parole du MR pour la campagne électorale par Charles Michel. Mais sur la liste MR de la Chambre dans le Hainaut, il n'est que quatrième. Il obtient 16522 voix mais son parti ne décroche que trois sièges et avec le système du pot, Marie-Christine Marghem, la deuxième et Caroline Taquin, la troisième, qui font moins de voix que lui, sont élues. Seule la tête de liste, Denis Ducarme, le bat largement. Georges-Louis Bouchez ne cache pas son amertume et sa déception. Le parti le désigne alors sénateur coopté. 

Denis Ducarme : de chef de groupe à ministre

Il est difficile d'évoquer Denis Ducarme sans parler de son père Daniel, décédé en 2010. Daniel Ducarme a été parlementaire, ministre, bourgmestre de Thuin mais aussi président du MR. Denis Ducarme a donc très vite baigné dans la vie politique. En 2003, à 29 ans, il devient parlementaire. 

Depuis 16 ans, Denis Ducarme a sans cesse été réélu à la Chambre. En 2007, 2010 et 2014. En 2019, il est cette fois tête de liste et il obtient 24959 voix. Georges-Louis Bouchez, quatrième sur la liste, n'est pas élu. Comme ailleurs en Wallonie et à Bruxelles, les libéraux sont en baisse dans le Hainaut. Ils ont perdu 5% et ne décrochent plus que trois sièges au lieu de 5 en 2014. La confection de la liste a été source de tension entre Denis Ducarme et Georges-Louis Bouchez. 

En 2014, lorsque le MR forme un gouvernement avec la N-VA, le CD&V et l'Open VLD, Denis Ducarme espère devenir ministre. C'est un proche depuis toujours de Charles Michel. Il l'a soutenu contre Didier Reynders. Il rêve d'obtenir le portefeuille de la Défense. Mais ce ne sera pas le cas. Dans le Hainaut, ce sont deux femmes, aussi proches de Charles Michel, qui deviennent ministres: Jacqueline Galant et Marie-Christine Marghem. Denis Ducarme obtient le poste de chef de groupe MR à la Chambre, un poste important et difficile.  C'est lui qui doit défendre bec et ongles le gouvernement Michel lorsqu'il est attaqué par les autres partis francophones au parlement.

Mais en juin 2017, le CDH se sépare du PS et forme un nouveau gouvernement wallon avec les libéraux. Willy Borsus quitte alors le gouvernement fédéral pour devenir ministre-président wallon et c'est Denis Ducarme qui lui succède comme ministre des Classes moyennes, des indépendants, des PME, de l'agriculture et de l'Intégration sociale. Un "portefeuille fait pour un libéral." En présentant sa candidature à la présidence du MR, Denis Ducarme, qui n'a pas de mandat local, a expliqué qu'il démissionnerait comme député. En attendant, aujourd'hui, il est toujours ministre du gouvernement Wilmès. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK