Qui sera le futur patron de la SNCB? Voici les quatre noms en lice

La parité est respectée : deux femmes, deux hommes. Tous affichent des CV alléchants et une expérience de grand patron.
2 images
La parité est respectée : deux femmes, deux hommes. Tous affichent des CV alléchants et une expérience de grand patron. - © Fotor - Belga

Il ne se passe guère de journée sans qu'il ne soit question de la SNCB. Alors que cette semaine, le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, a poussé une petite "gueulante" par voie épistolaire à l'encontre d'Infrabel et de la SNCB, nous sommes parvenus à nous procurer les noms des quatre candidats retenus par le bureau de recrutement Odgers Berndtson.

La parité est respectée : deux femmes, deux hommes. Tous affichent des CV alléchants et une expérience de grand patron. L'une est peut-être désavantagée par rapport aux trois autres, de part son rôle linguistique. Mais rien n'est fait. Jo Cornu est démissionnaire depuis bientôt six mois et attend sagement que le nouveau gouvernement désigner son/sa successeur. Qui fait nécessairement partie de cette liste : 

  • Sophie Dutordoir : l'ancienne patronne d'Electrabel apparaît comme la favorite de ce processus. Elle a passé 24 ans au sein du groupe Electrabel. Ancienne collaboratrice de Wilfried Martens, philologue de formation, parfaitement bilingue, celle qui dirige actuellement ... un restaurant-épicerie à Overijse, est étiquetée CD&V. Ce qui pourrait être un désavantage.
  • Jean-Paul Van Avermaet : c'est l'actuel patron du groupe de sécurité G4S. Jean-Paul Van Avermaet connait le secteur du rail : il a été dirigeant de Rail Gourmet Belgium, une entreprise qui développe "des solutions logistiques et opérationnelles pour le secteur ferroviaire". Patron d'Autogrill pendant 5 ans, Jean-Paul Van Avermaet dirige G4S depuis janvier 2014 et a été promu à la direction de G4S France et Maroc en avril dernier. 
  • André Bouffioux : c'est l'homme d'une seule entreprise, Siemens. André Bouffioux y est entré comme stagiaire en août 1986. Après avoir calmement gravi tous les échelons de Siemens Belgique, et être passé par Siemens Allemagne et Siemens France, le voilà propulsé patron de Siemens Belgique-Luxembourg et Afrique nord-ouest-centrale depuis octobre 2013. Ingénieur civil en électromécanique de formation, un diplôme obtenu à l'université de Gand et complété par une année en gestion à l'UCL, cet Anversois pourrait constituer une surprise.
  • Christiane Franck : c'est la patronne de VIVAQUA, l'intercommunale qui fournit l'eau et assure la distribution d'eau à Bruxelles. Cette mathématicienne de formation (ULB), également diplômée en... intelligence artificielle (VUB) dirige VIVAQUA depuis 2005. Et comme André Bouffioux, elle est une employée au long cours de son entreprise : elle entre en effet à VIVAQUA en 1973.

Christiane Franck est la seule francophone de cette liste, et à ce titre, elle part avec un désavantage certain : si le gouvernement devait la choisir, il faudrait revoir entièrement les équilibres linguistiques :  le poste de CEO d'Infrabel (tenu par le socialiste francophone Luc Lallemand) et le poste de président du CA de la SNCB (le MR Jean-Claude Fontinoy) devraient être également changés. Cela fait plusieurs semaines que cette liste est "prête". Le gouvernement va-t-il, enfin, se décider et laisser Jo Cornu aller à la retraite ? Les navetteurs attendent, eux, une SNCB qui roule mieux. Le plus vite possible.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK