Qui pour succéder à Olivier Maingain à la tête de DéFI ? Le vote a lieu ce dimanche

Les militants de DéFI se préparent à tourner, dimanche, la page d’un quart de siècle de l’histoire de leur parti, en grande partie incarnée par leur président sortant Olivier Maingain. Ils sont appelés à lui désigner un successeur lors d’un congrès organisé à Bruxelles, sur le site de Tour et Taxis, au cœur de la capitale. "Je crois qu’il faut toujours davantage convaincre. On est un parti atypique, on n’est pas un parti de pouvoir, mais un parti de convictions et c’est ça qui fait notre singularité", a rappelé le futur ex-président, peu avant le début de l’élection.

Les militants devront choisir, qui des bruxellois François De Smet (42 ans) et Christophe Magdalijns (48), et des wallons Jean-Claude Cremer (73 ans) et Julie Leclercq (31 ans) reprendra le gouvernail d’une formation qui a ouvert son combat focalisé sur les intérêts francophones à une approche plus large des enjeux de la société du XXIème siècle.

"Je suis relativement confiant, mais je suis surtout serein parce que le débat a été bon et quelle que soit l’issue, ce sera bon pour DéFI. Si c’est moi, c’est bien, si l’un de mes adversaires, vu ce que j’ai vu d’eux, je ne suis pas inquiet pour l’avenir du parti. Je crois que l’avenir sera à l’image de cette belle et digne campagne qu’on a eue", a confié François De Smet

L’élection elle-même a eu lieu de 9h à 11h. Son résultat devrait être connu à la mi-journée. Si aucun des candidats n’a réuni au moins la moitié des voix exprimées, un second tour sera organisé dans la foulée, en début d’après-midi entre les mieux classés.

Parmi les quatre candidats prêts à succéder à Olivier Maingain, les deux Bruxellois François De Smet et Christophe Magdalijns sont a priori ceux qui ont le plus de chances d’émerger. François De Smet a le soutien affiché parfois publiquement par des ténors du parti. Mais seule la vérité des urnes a ses droits : l’inconnue réside réellement dans l’attachement que les candidats auront réussi à susciter au cours des récents débats internes. "Quel que soit le gagnant ou la gagnante, il aura fort à faire, mais je crois que ce sera à lui ou elle de faire émerger beaucoup plus de figures, que le parti ne soit pas représenté par une, deux, trois personnes, mais que défi soit spontanément représenté par cinq ou dix figures fortes, indique François De Smet. Je pense qu’il y a beaucoup de personnalités fortes dans le parti qui sont en train d’émerger, comme Christophe Magdalijns, Sophie Rohonyi. Y a d’autres députés régionaux qui émergent aussi et c’est à nous de la jouer plus collectif. Un parti, ce sont des idées, on les a, on a les bonnes et ce sont des personnalités et là, on doit investir un peu plus."

Le DéFI sera grand pour le successeur d’Olivier Maingain

Au-delà de l’élection, la succession ne sera pas une mince affaire pour la personne qui en sortira en tête tant Olivier Maingain a été omniprésent, par sa personnalité, mais aussi par sa maîtrise des enjeux institutionnels dans le pays. "Olivier Maingain a été président du parti pendant 25 ans, ça a marqué beaucoup de générations", estime François De Smet.

Avec lui, la formation amarante a connu une réelle mutation : l’explosion, en 2011, de la coalition qu’elle formait, depuis 1993, avec le MR, sur une divergence d’approche du projet de scission de l’arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde sans l’élargissement de Bruxelles ; l’ouverture à des thématiques plus larges par le prisme d’une doctrine libérale sociale assumée face à un MR davantage prêt à des compromis avec des libéraux plus conservateurs, en Flandre ; un changement de nom en 2015 ; une ouverture vers la Wallonie où, fort de quelques dizaines d’élus locaux et provinciaux, DéFI n’a jusqu’à présent pas décroché de siège au parlement régional.

A l’interne, la structure du parti a quelque peu évolué avec la désignation de présidences pour Bruxelles, la Wallonie, et la périphérie. L’émergence d’une nouvelle personnalité à la tête du parti né en 1964, pourrait aussi annoncer un approfondissement de la démocratie interne et de la doctrine.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK