Qui pour succéder à Jacqueline Galant? Les scénarios circulent

Exit Jacqueline Galant, qui pour reprendre ce porte-feuille empoisonné ? Ce ministère de la Mobilité et des Transports si lourd de dossiers "pourris'" et qui aura valu son pesant de nombreuses et fracassantes démissions ministérielles ?

Au sein du MR, il se murmure qu'on ne se bousculerait pas trop au portillon pour récupérer la patate chaude. Dénicher l'oiseau rare ne se réglera donc pas d'un claquement de doigt.  

Car une chose est sûre, le MR entend se donner le temps de la réflexion et de la prospection. Cette succession s'annonce délicate, pleine d'enjeux et de chausse-trappe. Pas question de réitérer une nouvelle "erreur de casting" qui aurait pu coûter cher au parti réformateur. 

Le président du parti, Olivier Chastel, et le Premier ministre, Charles Michel sont en tout cas à la manœuvre. Et ce sera dans la plus grande discrétion, nous dit-on. Les téléphones devraient chauffer dans les heures qui viennent pour, espère-t-on du côté de la Toison d'Or, une petite fumée blanche fin du weekend, voire lundi matin.

Cession de compétences

Le duo devrait évaluer plusieurs scénarios. A commencer par la cession à un autre parti de la majorité fédérale de certaines compétences. Mais à cette heure-ci, il semblerait qu'aucun autre membre de la "Suédoise" n'a fait offre de services. Par ailleurs, on voit mal la famille MR laisser filer des compétences, certes potentiellement toxiques, mais ô combien stratégiques.

Difficile en effet d'imaginer Charles Michel céder la SNCB à la N-VA ou encore léguer au CD&V les aéroports et l'ultra-sensible dossier du survol de Bruxelles. Le plus probable reste quand même que le Transports et la Mobilité restent dans le giron du MR, mais évidement on se gardera de fermer définitivement cette porte. En politique, on ne sait jamais.

Alors qui ?

Alors qui dans le landerneau réformateur pour succéder à Galant ? Une option tient (un peu plus) la corde : un petit remaniement ministériel.  

Willy Borsus, actuel ministre des Classes moyennes et de l'Agriculture, homme d'expérience et fiable, reprendrait l'essentiel du porte-feuille Transport et Mobilité. Ses actuelles - et a priori plus tranquilles - attributions seraient alors reprises par un petit nouveau au profil peut-être plus inexpérimenté, mais qui serait dans un premier temps moins exposé.

Et the winner is?

Autre hypothèse étudiée: la nomination d'un poids lourds du parti. Sont évoqués les noms de Denis Ducarme, actuel chef de groupe à la Chambre, Pierre-Yves Jeholet, chef de groupe au Parlement wallon, Jean-Luc Crucke, député wallon ou encore un outsider, François Bellot, bourgmestre de Rochefort et fin connaisseur des arcanes de la SNCB.  

Le profil de fonction nécessitant un minimum de bouteille, le président du MR, Olivier Chastel, pourrait aussi faire l'affaire, fort de son expérience passée de ministre fédéral. Tout ça, évidement, c'est sans compter (même si peu probable) avec une surprise des chefs. Un ou une inconnue, à l'instar de la désignation de Sophie Wilmès au lendemain du départ du ministre du Budget Hervé Jamar.

Une chose est sûre toutes ces pistes seront scrupuleusement pesées et sous-pesées, à l'aune de nombreux critères. Entre autre, des critères géographiques (Galant faisait partie du quota hennuyer) mais aussi des critères claniques, comme celui d'un nécessaire équilibre entre "micheliens" et "reyendersiens".

Car c'est aussi un des enjeux de cette succession, il ne faudrait pas qu'elle vienne dynamiter la fragile paix des braves qui règne chez les Bleus.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK