Prince Philippe: la ligne du temps d'une vie passée devant les caméras

Prince Philippe: la ligne du temps d'une vie passée devant les caméras
2 images
Prince Philippe: la ligne du temps d'une vie passée devant les caméras - © Tous droits réservés

Philippe, un prince mal aimé et très régulièrement critiqué. Duc de Brabant depuis la mort de Baudouin en 1993, père de quatre enfants, il a souvent donné une image de timide, voire maladroit. Le futur roi des Belges n'a jamais pu se soustraire à l’œil parfois critique médiatique. Retour sur une vie passée devant les objectifs et les caméras en une ligne du temps interactive (cliquez sur les vignettes pour lancer les vidéos, agrandir les photos ou lire les articles liés).

Le Prince Philippe montera donc sur le trône le 21 juillet. Ce jour-là, il deviendra Roi. Autant son père avait réussi à se faire apprécier, notamment grâce à son côté jovial, et son humour, autant Philippe a une image beaucoup plus stricte, même s'il a fait des efforts important ces derniers temps.

 

Prince Philippe, une vie sous l’œil des médias

Timide, mal à l'aise, et parfois maladroit: les adjectifs qui qualifient le Prince Philippe ne sont pas toujours des plus flatteurs, comme l'observe Michel Dumoulin, historien à l'UCL. "Le prince Philippe paie les pots cassés d'une personnalité peut-être un peu timide, qui a moins de facilité à se manifester de façon plus ferme que, par exemple, son père sur la scène publique", estime ce dernier.

"Je voudrais quand même dire que parfois derrière ce côté réservé il y a peut-être une sensibilité aussi, et c'est souvent le cas chez les gens réservés", tentait de justifier le prince Philippe, en 2006.

Son mariage avec Mathilde, à 39 ans, fut un soulagement pour le Palais. Elle lui apporte un atout charme bienvenu, et la naissance de sa fille améliore aussi son image. "Au moment de la naissance de la Princesse Elisabeth, De Standaard titrait 'Hij is er klaar voor', 'Philippe est prêt'", explique Vincent Dujardin. "Par après, il y a eu plus, et un retour finalement de tension notamment avec la presse".

La presse flamande n'est pas toujours été tendre avec lui. En 2007, Philippe craque sous la pression: il prend à partie deux jouralistes flamands qui l'ont critiqué. Yves Desmet, rédacteur en chef du Morgen s'en souvient: "Il y a eu un menace vraiment, il a dit à Pol Vandendriessche 'si vous continuez dans ce ton critique sur moi je vais vous éviter d'entrer encore dans le palais'".

Le futur Roi, n'aime pas les médias. Il devra apprendre à se faire apprécier. Dernièrement, il s'est attaché à redorer son image, en posant avec Mickey en Californie, ou en courant au milieu de la foule des 20 km de Bruxelles.

Julien Vlassenbroek (@julienvlass) et Daphné Van Ossel

Merci à la Sonuma pour son aide précieuse, retrouvez d'autres images d'archives sur leur site

Son portrait en vidéo, ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK